AVENT 1 B

« Veillez… »

(Marc 13, 33-37)

Avec cette célébration, un nouveau cycle liturgique commence. Nous serons invités à suivre le Christ pas à pas et à pénétrer son mystère à l’aide de l’Évangile de St Marc. Cet Évangile, probablement le plus ancien, nous enchante pas sa saveur ‘primitive’, par sa candeur et par ses expressions plus proches du parler araméen de Jésus. Il contient moins d’élaborations que les autres Évangiles mais il reste le témoin des paroles brutes de Jésus, telles que communiquées par l’Apôtre Pierre à son disciple Marc. Ainsi, ce temps de l’Avent nous prépare à la merveille de la révélation du Fils de Dieu dans notre chair. La période avant Noël est un Avent de joie et de paix, dans lequel nous recevons grâce et bénédictions et par lequel nous goûtons à la paix et la sérénité de la Présence divine révélée en Jésus. Bien que nous nous préparions à fêter la naissance du Messie, nous attendons son retour glorieux. La première venue nous est connue et nous rejoint. La seconde venue est attendue et nous rejoint tout autant : celui qui s’est fait l’un de nous pour nous sauver et ouvrir le Ciel, reviendra pour nous prendre avec lui et son Règne n’aura pas de fin. Son Règne est déjà parmi nous.

  1. 1. Première venue du Christ.

La naissance historique de Jésus ne fait aucun doute. Elle a même bouleversé l’histoire de l’humanité qui a décidé un jour, de commencer son calendrier en l’année supposée de sa naissance. L’homme s’est trouvé questionné par le mystère du Fils et a entrepris une réflexion qui se poursuit encore. Nous sommes dans le temps après Jésus-Christ, une période de 2000 ans qui a été fondamentale dans la perception que l’humanité a d’elle-même et dans son évolution. L’histoire est témoin de l’irruption de Dieu.

Temps connu : personne ne met en doute l’événement « Jésus ». C’est même l’homme historique  qui a été le plus étudié et controversé. L’Évangile rappelle ce temps de l’histoire afin de ne laisser aucune place à la mythologie ou à l’illusion. Cette période de l’Empire romain occupant la Palestine est classique dans nos livres d’histoire. L’Avent rappelle cet enracinement historique.

Personnages connus : on connaît les acteurs principaux de l’événement « Jésus ». Ils sont bien situés dans le parcours historique (empereurs, rois, gouverneurs, grands prêtres du Temple..) ou typés par les Évangiles (Marie, Joseph, Elisabeth, Zacharie, Jean le Baptiste…). Des allusions historiques les concernent. Des traditions anciennes les entourent. La foi les promeut. Il y a certes le personnage central, Jésus de Nazareth, dont les textes anciens parlent, avec admiration ou réfutation. L’Avent rappelle tout ce monde qui entoure la naissance, la vie et la mort de Jésus. On partage leurs sentiments ou leur confusion.

Messie reconnu : On sait peu et beaucoup de l’événement « Jésus ». Peu par l’histoire officielle de l’époque qui le mentionne. Beaucoup par les conséquences de sa mission et par son héritage spirituel. Jésus est cet homme qui a changé la vie de  tant de personnes, on ne peut le nier. Se référer à lui a porté au martyre des milliers de chrétiens. L’accueillir a bouleversé les cultures. L’adorer comme Dieu a renversé le paganisme. La conversion des États a réinventé le politique, l’économique et le social. La philosophie s’est interrogée. La théologie a pris son envol. L’éthique s’est centrée sur les questions essentielles. La spiritualité a découvert le Père dans l’Esprit. Les croyants sont devenus une communauté, l’Église… L’Avent se rejoint de ce bouleversement en préparant la célébration de la naissance du Messie, le Fils de Dieu, Dieu-avec-nous.

Temps de grâce reçue : cette naissance mystérieuse nous a plongés dans la grâce et le bonheur. Dieu prend chair pour nous rendre capables de le recevoir. Il se fait homme pour que nous devenions Dieu. Incroyable retournement de situation : Adam voulait prendre la place de Dieu, Dieu lui propose de partager sa divinité en s’incarnant. Alors qu’on cherchait protection et bénédictions, voici une transformation de l’être et une identité filiale nouvelle. L’Avent nous prépare au choc de la vérité de la rencontre entre Dieu et l’humanité.

Noël n’est pas un anniversaire, c’est une révélation. Noël est le mystère de la rencontre entre ce qui pourrait sembler opposé. Noël, c’est Dieu avec nous pour que l’homme soit avec Dieu. L’Avent nous enflamme de joie à cette bonne nouvelle.

  1. 2. Deuxième venue du Christ.

Nous savons que le Christ est venu dans notre histoire et nous en connaissons le déroulement. Cette première venue nous bouleverse mais la Résurrection a ouvert des perspectives nouvelles et profondes. Le Fils est vainqueur. Son Règne est vrai. Sa Seigneurie triomphe. Nous attendons sa pleine réalisation. L’Avent est cet entre-deux qui nous met en position d’attente tout en nous réjouissant de la victoire déjà acquise.

Victoire du Christ : l’Apocalypse est claire au moins en ceci : l’Agneau est victorieux. Il siège sur le trône de Dieu son Père et règne pour l’éternité, accompagnés des témoins qui ont « lavé leur robe dans le sang de l’Agneau ». Cette victoire est acquise. Si le mal semble triompher, ce n’est que pour un temps ou par illusion. Si la mort nous afflige, elle n’est qu’un passage dans l’amour de Dieu. Nous croyons au Christ Seigneur et nous le célébrons dans les sacrements et spécialement dans l’Eucharistie. Le triomphe du Christ est notre triomphe. L’Avent célèbre cette victoire et attend sa révélation.

Règne du Christ : la foi est claire en ceci : le Christ reviendra. Nous le chantons à la messe, nous célébrons « jusqu’à ce qu’il revienne ». « Viens Seigneur Jésus » disent les croyants. Le Règne est établi dans nos cœurs en attente et en désir, dans l’Église qui vit de son Seigneur… le Règne doit s’établir définitivement dans l’univers et dans le monde quand il mettra tout à ses pieds et qu’il présentera tout à Dieu son Père. L’Esprit est donné pour établir la communion et préparer les cœurs et les corps à l’unité en la Trinité. L’Avent célèbre déjà cette victoire et ce définitif en Dieu.

  1. 3. Conclusion : dans l’amour de Dieu

L’Avent nous prépare à la rencontre du Christ : rencontre historique qui bouleverse l’histoire humaine, rencontre mémorielle qui actualise la vie, mort et Résurrection du Christ, rencontre définitive dans la seconde venue du Christ.

L’Avent nous prépare à rencontrer l’amour : amour d’un Dieu qui s’incarne et qui sauve, amour d’un Père qui nous attire à lui, amour de l’Esprit qui nous porte à la communion, amour trinitaire qui se partage. L’Avent, c’est la célébration de l’amour de la Trinité qui s’engage pour nous.

P. Francis

 

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Saison de l'Avent. Bookmark the permalink.