AVENT 2 B

« Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint »

(Marc 1, 1-8)

Nous vivons l’Avent entourés de beaucoup de monde : des personnages historiques, des personnages historiques bibliques, des allusions, des absents…  Que de monde pour une naissance ! Mais que de monde pour nous faire comprendre cette naissance ! L’Évangile craint qu’on confonde le christianisme avec les religions à mystère qui pullulaient à l’époque de Jésus et après ou Jésus avec ces mythologie qui triomphaient dans les récits des peuples. Jésus n’a rien à voir avec eux et le christianisme s’enracine dans l’histoire et dans la raison. Parmi ces personnes, il y a Jean Baptiste, le prophète. Héritier des promesses bibliques, il reconnaît Jésus qui s’approche. Il l’avait annoncé, il le voit désormais. Jean Baptiste nous aide à comprendre et à croire. On ne peut soupçonner ce personnage pittoresque de compromission ou de relativisme. Sa mission est claire même si rude et austère. Il désigne l’Agneau de Dieu. Ceci est important en ce temps de l’Avent : c’est bien Jésus le messie. Il est même plus que le messie : il est le Fils, ce Dieu qui avait annoncé sa venue mais dont on pensait qu’il parlait en image. Il ne s’agit pas ici de symbole, d’image, de langage fleuri, il s’agit de l’incarnation et donc de la révélation divine dans notre chair. Merveille que l’Avent tente de nous annoncer !

  1. 1. Dans l’Esprit Saint.

Qu’est-ce qui change avec l’avènement de Jésus ? Est-il un simple prophète, comme il en eut d’autres ? Est-il une illusion ou un personnage éphémère qui s’éteindra à la première persécution ? Jean Baptiste le reconnaît comme le donneur d’Esprit, comme la présence divine dans le monde, comme l’Envoyé.

Baptême d’eau : le baptême de Jean n’est fait que d’eau pour demander pardon. La conversion est importante mais ne bouleverse pas l’être. Le baptême de Jésus est fait d’eau pour nous laver du péché originel et nous rétablir dans l’innocence d’origine perdue. Cette eau nous purifie, nous prépare, nous oriente vers la grâce de l’Esprit. Jésus change la signification du baptême car son incarnation touche désormais tout élément naturel et toute réalité humaine.

Baptême dans l’Esprit : le baptême de Jean est un baptême de bonne volonté. Il sanctionne un désir mais ne le comble pas. Le Baptême de Jésus donne l’Esprit Saint, amour du Père et du Fils. L’Esprit nous transforme, touche l’être, change notre vocation, rétablit la connexion perdue, oriente vers Dieu, fonde la communion. L’Esprit divin donne la grâce divine. On comprend que par la puissance du Fils, le Père se rend présent car le Père et le Fils ne font qu’un et que le baptisé se retrouve dans ce mouvement d’amour éternel.

Baptême dans l’amour : le baptême de Jean est un baptême sérieux qui engage. Le baptême de Jésus est un engagement vital, profond, ontologique. Il vient transfigurer le baptisé pour en faire un fils/une fille. Il le met en présence de la Trinité Sainte et l’invite à entrer dans cette relation d’amour qui permet l’unité dans la diversité. De même que les Personnes Divines unies restent distinctes, ainsi le baptisé uni à la Trinité Sainte reste distinct tout en partageant la divinité dans sa chair transfigurée par la Résurrection glorieuse du Fils. C’est le miracle de l’amour et le triomphe de la grâce. C’est le mystère de Noël et de Pâques. C’est la joie de la Pentecôte. C’est notre bonheur déjà vécu dans l’Eucharistie et dans l’amour communautaire.

Avec Jean Baptiste, l’Avent devient une période joyeuse car il nous invite à préparer cette possibilité ou plutôt nous invite à raviver en nos cœurs et en nos consciences cette vérité trop souvent endormie en nous. Ne limitons pas Noël à un anniversaire. Célébrons la venue de Dieu en notre chair et la révélation définitive de l’amour pour l’humanité. L’Avent est un avant-goût de ce qui nous attend au Ciel, dans le Royaume définitivement établi du Christ.

  1. 2. Dans notre vie.

Que nous reste-t-il à faire pour vivre cela ? Quelles conversions, quels changements sont-ils nécessaires ? L’Avent, temps joyeux de préparation, est aussi un temps de conversion. Il aide à comprendre et à se préparer mais aussi à changer nos vies et à rétablir l’équilibre perdu. Une transformation intérieure est nécessaire pour rencontrer le Sauveur. Sa puissance n’est limitée que par notre liberté. Laissons l’Esprit nous enseigner la vraie liberté !

Conversion du cœur : « Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur » (Mat 6, 21). L’Avent aide à repérer et à analyser ses amours, c’est-à-dire ses choix et ses aspirations profondes. Il ne s’agit pas des tendances psychoaffectives  peu contrôlables même si le contrôle est possible par discipline et persévérance dans l’Esprit saint. Quand la raison et le cœur se rencontrent, il est possible d’identifier ce qui nous enchaîne ou nous porte loin de l’Évangile.

Conversion de l’esprit : « Écoute ce que l’Esprit dit aux Églises » (Apo 2, 7). L’Avent aide à comprendre la volonté de Dieu et à la suivre. Bien des tentations se présentent chaque jour ou dans des moments particuliers de nos vies. Tentations de désespérer ou de déserter, tentations mortifères ou illusoires, tentations de faire du Christ une option parmi d’autres… L’Esprit aide à discerner et à choisir le Bien et le Beau, à choisir le Père, le Fils et l’Esprit, à aimer la Trinité.

Conversion des mœurs : « Vous voyez quels hommes vous devez être » (Pierre, 3, 8-14). L’Avent aide à convertir les mœurs, à changer d’habitude, à démasquer les compromis et les fausses libertés. L’époque et la mode nous envahissent. Certaines habitudes ou pratiques nous piègent. Parfois notre moralité est élastique ou erronée. Accueillir le Fils, c’est accueillir le Vrai et le droit même si Jésus est miséricordieux et compatissant.  Le temps nous est donné pour avancer dans la sainteté et faire de nos faiblesses des tremplins vers Dieu, Dieu qui saura renverser nos limites pour en faire des moments de grâce.

  1. 3. Conclusion : Avent de paix.

Avec Jean Baptiste, nous accueillons le Juste comme la rosée du matin qui rafraichit et désaltère.

Avec Jean Baptiste, nous attendons l’effusion de l’Esprit sur le monde pour que l’Alliance Nouvelle fleurisse.

Avec Jean Baptiste, nous louons le Père pour le don du Fils. Le monde sera sauvé par la transformation de l’Esprit Saint pour la gloire de la Trinité.

P. Francis

 

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Saison de l'Avent. Bookmark the permalink.