NOEL

« Voici que je vous annonce une bonne nouvelle »

(Luc 2, 1-14 ; Jean 1, 1-18)

Pourquoi tant de hâte ?

Depuis quelques jours, les choses se précipitent, les gens se pressent, les invitations fusent. Il semble qu’un événement particulier est sur le point d’arriver. On presse le pas, on prépare les cadeaux, on dresse la table, on embellit sa maison. Les parents font preuve d’imagination, les enfants font preuve d’impatience, les amis se demandent comme faire plaisir… C’est Noël.

Pourquoi tant de joie ?

Depuis quelques jours, les choses sont bousculées, les cœurs s’emportent, les esprits s’échauffent. Il semble qu’un événement particulier va ouvrir nos cœurs et va nous combler de joie. On se sent différent, on cherche la compagnie des autres, on veut faire plaisir. Ce temps des fêtes n’est pas comme les autres, il touche nos entrailles et ravive la foi. On voudrait tant être heureux…  C’est Noël !

Pourquoi tant de décorations ?

Depuis quelques jours, les choses changent, les maisons s’illuminent, les sapins resplendissent, les rues sont vêtues de fête. L’humble crèche est préparée. Il semble qu’un événement particulier va arriver et qu’on ne veut pas le manquer. Le monde s’arrête pour vivre un moment de bonheur, pour changer de rythme, pour retrouver son rythme. L’extériorité appelle l’intériorité. Prendre le temps de décorer, c’est comme habiller son cœur pour une rencontre… C’est Noël !

Pourquoi ces représentations ?

Depuis quelques jours, on répète chants et scénettes. Il semble qu’un événement particulier ne peut être oublié. Les enfants se déguisent, les parents supervisent, les chorales improvisent. Pourquoi ces costumes d’une époque bien lointaine ?  Scène éternelle d’un enfant amoureusement protégé par un père et une mère, scène touchante venant du fond des âges, scène remontant à la nuit des temps… C’est Noël !

De Madagascar aux Philippines, de France au Chili, d’Inde au Togo, de Palestine au Japon, dans le froid canadien ou la chaleur australienne, dans la forêt amazonienne ou dans le désert arabique, sous les cèdres libanais ou les baobabs africains, dans les îles et sur les continents, dans nos somptueuses cathédrales ou les modestes églises de mission, dans les beaux quartiers ou les bidonvilles, dans nos maisons… représentation touchante, culturelle, incarnée, d’un événement qui a changé le monde, changé l’existence de milliards de personnes, changé nos cœurs de pierre en cœurs de chair… C’est Noël !

Un enfant nous est né, un fils nous est donné

Aucune autre réponse que cet Enfant qui a bouleversé le cours de l’histoire, qui a insufflé une espérance, qui a annoncé le bonheur d’un Dieu qui aime.

Aucune autre réponse que cet Enfant qui a donné sens à l’existence, qui a rappelé la dignité des hommes, qui va parler de fraternité.

Aucune autre réponse que cet Enfant qui est le sourire de Dieu, qui est le cadeau de Dieu, qui est Dieu-avec-nous.

Cet Enfant redonne vie à nos corps fatigués, espérance à nos âmes en détresse, joie à nos existences endeuillées. Il parle d’amour à nos cœurs assoiffés. Il parle du Ciel à nos esprits mondains. Il parle de lumière à nos œuvres enténébrées. Il parle de paix à nos pratiques violentes.

Partout dans le monde, des hommes et des femmes s’agenouillent pour se relever avec dignité, des peuples redressent la tête après des siècles d’esclavage, des opprimés trouvent l’espérance d’un monde nouveau, des ennemis se parlent, des impossibles deviennent possibles…

Car Dieu est avec nous, il a envoyé son Fils, vraie expression de son Être et reflet de son amour. L’éternité est à portée de main. L’esprit féconde la matière, foi et raison s’harmonisent.  La chair sanctifiée devient chemin vers Dieu. La grâce est chemin de filiation. L’Esprit Saint est chemin d’amour.

Pourquoi tant de frénésie à Noël, tant de nostalgie, tant de larmes ? Parce que le bonheur est possible et qu’on le sait. Les cœurs endurcis eux-mêmes ne peuvent résister à tant de joie, parce qu’un Enfant fait la différence… Jésus le Christ !

 

Seigneur Jésus, Fils du Très- Haut, viens encore dans notre monde, entre dans nos vies, rends droit les chemins tortueux de la vie, touche nos cœurs en désir, éclaire nos routes sinueuses.

Seigneur Jésus, donne-nous le bonheur, ravive notre espérance, allume la foi, comble notre amour.

Seigneur Jésus, Toi seul es  la Porte du Ciel et le fondement de notre terre. Montre-nous le Père dans l’Esprit et nous serons comblés.

Enfant Jésus, fils de Marie la toute belle, protégé de Joseph le juste

Fais de nous des enfants de lumière

Pour que notre monde vive enfin d’amour !

JOYEUX NOEL

P. Francis

 

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Saison de Noël. Bookmark the permalink.