SAMEDI SAINT

« Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé »

(Marc 16, 1-7)

Quel étrange moment que ce Samedi Saint ! Troisième jour du Triduum Pascal qui transforme le monde et libère le captif. Jour de deuil qui devient nuit de lumière. Ténèbres de l’esprit qui deviennent clarté de l’âme. Limites du corps déchiré qui se transfigure pour l’éternité. L’Église attend. Elle croit. Elle espère. Elle aime son Seigneur qui gît dans le tombeau. Elle se confie à Dieu qui a su montrer sa force tout au long de l’histoire. Elle pleure son Maître qui va se relever Seigneur du Ciel et de la Terre. Samedi de silence et de douleur d’où perce un cri de victoire. Samedi d’espérance d’où jaillit la joie pascale.

La nuit pascale est la nuit de notre renaissance. Elle engendre des êtres nouveaux qui portent désormais le titre de fils et filles de Dieu. Elle consacre un peuple de prêtres qui célèbreront la seule Lumière véritable qui vient d’en haut. Elle intronise les héritiers du seul Roi de l’univers, Créateur et Sauveur. Elle invite à la prophétie, à la relation dans l’amour qui anime le quotidien.

La nuit pascale est la nuit de notre illumination. Elle éclaire les ténèbres de l’esprit pour y insuffler la connaissance du divin. Elle illumine les cœurs meurtris pour y appliquer un baume de grâce. Elle réchauffe l’âme refroidie pour y déposer l’éternité. Elle transperce le corps pour en faire un chemin spirituel.

La nuit pascale est la nuit de notre joie. Elle annonce la nouvelle incroyable de la vie sans fin. Elle proclame la victoire du Crucifié confié à l’amour de Dieu. Elle  témoigne du bonheur de vivre uni par Lui au Père dans l’Esprit. Elle apaise l’être endolori par tant de pesanteur et de douleur. Elle invite à la sérénité devant l’adversité. Elle introduit dans la danse éternelle des Personnes Divines.

La nuit pascale est ma nuit de la Trinité. Elle ne retient pas le Fils qui s’élance vers le Père. Elle découvre l’amour du Père qui s’élance vers le Fils. Elle entre dans la force de l’Esprit qui s’élance vers le Père et le Fils. Elle dévoile des relations insoupçonnées en Dieu qui se déversent en nous. Elle invite à la communion éternelle.

La nuit pascale est une nuit de louange. Elle s’unit aux anges et archanges qui chantent pour toujours devant le trône céleste. Elle s’unit à la création qui sait reconnaître son Seigneur et s’étend vers Lui. Elle englobe tout être vivant dans un dynamisme de restauration et de perfection. Elle unit tous les hommes et toutes les femmes dans l’adoration unique et véritable du Dieu qui aime et qui se donne. Elle transforme l’humanité dans sa transfiguration.

La nuit pascale est la nuit de la beauté. Elle lave le péché. Elle relève le pécheur. Elle dynamise les limites humaines. Elle unit les contraires. Elle plonge dans le Cœur de Dieu pour refléter son Visage.

Avec les femmes au tombeau, avec les disciples accourus, avec Marie en attente, avec l’Église tressaillant de joie, avec le monde en habits fête… nous proclamons et nous chantons :

Il est ressuscité

Il est vraiment ressuscité

P. Francis

 

This entry was posted in Année B, Carême, Français, Père Francis. Bookmark the permalink.