PAQUES 4 B

« Le vrai Berger »

(Jean 10, 11-18)

Le Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Ce cri de surprise joyeuse nous déconcerte et nous dynamise. Le Crucifié est vivant. Non pas comme un dormeur qui se réveille mais comme le Seigneur de l’univers qui englobe tout, qui assume tout, qui pénètre tout. La Résurrection est l’irruption du divin dans notre humanité, de l’éternité dans notre finitude, de l’amour dans notre être. Elle vient transfigurer ce qui fait notre réalité pour l’élever au rang de Dieu. Le Fils assume nos limites. Il a pardonné nos péchés. Il transforme notre horizon limité en horizon éternel. Si la mort nous afflige et nous décourage, la Résurrection nous stimule et nous fortifie. Elle nous projette vers l’avant et nous jette dans les bras du Père. Elle nous encourage à vivre le quotidien et y insuffle la dynamique trinitaire. Elle ouvre le Ciel à nos horizons fermés et limités. A la suite du Ressuscité, nous entreprenons ce chemin de vérité et d’authenticité qui va vers le Père dans la force de l’Esprit Saint. Suivre le Christ bon Pasteur est notre salut. Il est le vrai Pasteur qui mène le troupeau en vérité dans l’amour car il « connaît ses brebis » qui écoutent sa voix. Sa Passion est la preuve de son amour. Sa Résurrection est la preuve de la force de l’amour.

  1. 1. Le Berger qui donne sa vie.

Le Christ est le vrai Berger parce que sa bonté est authentique et profonde. Elle émane de son être. Elle oriente son œuvre. Elle agit en conséquence. La bonté vient de son amour miséricordieux. Cet amour vient de la relation Père/Fils/l’Esprit qui caractérise la vie de la Trinité. En suivant le bon Berger, nous entrons en relation avec la Trinité car c’est Elle qui nous crée, qui nous sauve, qui nous divinise. S’il est bon, le Christ est vrai car sa relation est vraie et sa vie est tournée vers l’autre.

Vrai dans ses relations : l’Évangile transpire de cette authenticité. Il n’y a pas de cupidité, d’intérêt, de double langage. Il n’y pas de tromperie, d’égoïsme, de perversité. Il n’y a pas de masque, de manipulation, de chaine. Le Christ a été lui-même et la vérité de sa vie a touché ses contemporains. Son regard est vrai. Ses gestes sont justes. Ses paroles sont profondes. Le bon Berger est aussi le vrai Berger.

Vrai dans sa compassion : l’Évangile reflète ce partage. Jésus ne passe pas sans faire le bien ou sans parler du Royaume. Il sait toucher les cœurs et percer les secrets. Il interroge les esprits trop convaincus ou trop fermés. Il connaît les désirs de l’homme et les aspirations de chacun. Il répond aux attentes mais exige la vérité par la conversion. On le voit s’émouvoir, se laisser toucher, pleurer. On le voit plein d’amour et de compassion pour le pauvres et le souffrant. On le voit communier au chagrin et porter la lumière dans les ténèbres du cœur, de l’esprit ou de l’âme. Le bon Berger est surtout le vrai Berger que les  brebis reconnaissent.

Vrai dans son amour : l’Évangile révèle l’amour du Père par celui du Fils. Le Christ aime sans contrepartie, sans attente, sans ombrage. L’amour va droit au cœur et pardonne. Il est reconnu et suivi. L’amour est la vraie expression de la foi et ne s’écarte pas de l’élan spirituel. Jésus sait aimer en vérité, sait donner et recevoir, sait relever et accompagner, sait regarder et compatir. Il a montré son grand amour par sa vie donnée et partagée, par sa Passion vécue et acceptée, par sa mort offerte et douloureuse, par sa Résurrection glorieuse et victorieuse. Un amour qui nous entraîne vers lui, et par lui, vers le Père et en lui vers l’Esprit Saint. Un amour qui reflète l’amour trinitaire pour mieux le pénétrer et y communier. Un amour don et accueil qui est éternel. Le bon Berger est avant tout le vrai Berger qui aime et reconnaît ses brebis.

On est convaincu que le bon Berger a su conduire ses brebis vers les verts pâturages. On le suit car il est bon mais surtout parce qu’il est vrai. Sa vie, ses paroles, ses gestes… sont vrais. La vérité de sa vie est le signe de la vérité de son identité mais surtout de la vérité de la révélation en sa mort et Résurrection. Vrai Homme et vrai Dieu, le Christ est aussi le vrai Fils qui dévoile les relations trinitaires et qui nous invite à les partager par une vie authentique et vraie, dès à présent et pour toujours.

  1. 2. Le Berger de tous.

« Il y a encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos » affirme Jésus. C’est un appel clair à la mission universelle et au partage spirituel. Le Christ est le seul et authentique Berger qui porte les brebis vers le Père. C’est dire l’urgence de la mission et de l’appel missionnaire. L’Église est appelée à évangéliser et à conduire tous les peuples vers le christ afin de former « un seul troupeau » autour d’un « seul pasteur ».

Berger pour tous : le Christ ne concerne pas seulement les chrétiens. Il est le Seigneur de tous et le Maître de l’univers. L’Église n’est pas une secte qui choisit ses adeptes, de préférence les plus purs, et qui s’enferme dans son monde douillet et clos. L’Église est le Corps du Christ et le Temple de l’Esprit. Elle annonce à tous, les purs et les pécheurs, la vérité de la foi et l’espérance du salut. Elle invite à la conversion et au baptême. Elle partage les dons de l’Esprit et vit de l’Esprit de son Seigneur. Elle accueille tous les hommes/femmes qui veulent cheminer vers la vérité et dans l’amour. De fait, la Résurrection du Christ, connue ou pas, reconnue ou pas, touche tout être vivant et transforme, mystérieusement, tous les cœurs. Qu’on le sache ou non, le Christ est le vrai et seul Berger de tous.

Seul Berger reconnu : le bon Berger est aussi le seul Berger. Ni gourou ni simple maître spirituel, le Christ est le Fils, Créateur et Rédempteur, avec son Père dans l’Esprit. L’univers est dans sa main. L’humanité est sauvée par lui. L’éternité est un don pour qui veut l’accepter. Parce qu’il est Homme, il nous rejoint. Parce qu’il est Dieu, il nous transfigure. Sa Résurrection n‘attend qu’à éclater en nos vies. La lumière est pour tous car il est la Lumière. La vie est donnée car il est la Vie. Bon Berger et vrai Berger, le Christ est l’unique Chemin vers Dieu. Sa Résurrection nous en éclaire la route.

  1. 3. Conclusion : cœur amoureux, entrailles de miséricorde.

Le bon Berger est le vrai Berger. Sa vie et sa mort ont démontré son authenticité. Sa Résurrection a prouvé sa vérité.

Le vrai Berger est le seul qui nous a sauvés et le seul qui est approuvé par le Père. Il peut nous donner l’Esprit pour vivre de cette vie nouvelle.

Le vrai Berger aspire à conduire un seul troupeau : les croyants et les futurs croyants, tous les hommes/femmes. A nous de poursuivre l’œuvre du Fils car il n’y a pas d’autre chemin que celui de l’amour du Père, du Fils et de l’Esprit.

P. Francis

 

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Saison de Pâques. Bookmark the permalink.