SAINTE TRINITE

« Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit »

(Mat 28, 16-20)

Les fêtes pascales à peine terminées, nous célébrons la solennité de la Très Sainte Trinité. Avons-nous besoin d’une fête pour nous le rappeler ? La Trinité est la Source de toute vie, le milieu et  l’atmosphère dans lesquels nous vivons, le but ultime et final de notre vie. Il n’y a de vie chrétienne que trinitaire. Il n’y a de salut qu’en la Trinité. Il n’y a de vie éternelle qu’en la communion trinitaire. Le monothéisme trinitaire est la révélation finale du parcours biblique. Le Fils s’incarne pour sauver et diviniser l’humanité afin de lui ouvrir la communion trinitaire. Le Père ne se révèle que dans le Fils. L’Esprit crée et agit par le Père et le Fils dont il est l’amour. Dieu est Un, rappelle l’Ancien Testament. Dieu est Père, Fils et Esprit, révèle le Nouveau Testament. Dieu est amour (1 Jean 4) et le Royaume des Cieux est participation à cet amour dynamique. On comprendra que toute la vie chrétienne, sa spiritualité, sa morale, son éthique, son organisation, ses institutions, ses créations, sa prière… sont trinitaires car ainsi le Fils nous l’a montré et ainsi nous vivons notre relation à Dieu.

  1. 1. La Trinité de Dieu

La Trinité est une révélation contestée et même décriée par certaines religions. On nous accuse de polythéisme, de trithéisme, de paganisme, de retour aux triades antiques, d’idolâtrie… On ne comprend pas que le christianisme soit original de par son divin Fondateur et sa réflexion biblique, son expérience et enracinement. Dieu est Un, certes et nous le croyons. Dieu est trine et nous le croyons sur la foi, l’enseignement et le mystère pascal du Christ. Jésus est le Fils qui révèle le Père et donne l’Esprit. Sa Résurrection est lumière et guide. Elle est l’entrée dans le mystère trinitaire.

Le Christ est Dieu le Fils : comment aborder le mystère de la Trinité sans passer par le Christ ? Sa divinité a été reconnue en sa Résurrection. Elle a éclairé sa vie, ses paroles, son sacrifice. Pâques est la source de toute réflexion chrétienne et l’aboutissement de toute la révélation. Qui aurait pu imaginer cette vérité suprême en dehors de la Résurrection ? Qui aurait pu enseigner cette nouveauté sans donner sa vie jusqu’au martyre ? Nous croyons que le Christ est Homme et Dieu, deux natures de l’unique Personne du Verbe. Dieu incarné, il meurt pour nous et ressuscite pour nous car son amour est divin. Créateur et Rédempteur, il est Alpha et Oméga, Source et Aboutissement de tout.

Dieu le Père : comment Dieu peut-il être Père ? N’est-ce pas exagéré ? L’Ancien testament avait reconnu sa paternité envers le Peuple ou envers le roi mais l’est-il par nature ? Le Christ l’appelle « Abba », « mon père et votre Père » et « quand vous priez dites : Notre Père… ». Il n’y a pas de doute quant aux relations privilégiées du Christ avec le Dieu unique ou quant à son lien de nature divine. Que Dieu soit Père est une révélation sans mesure car désormais nos relations changent pour passer d’une subordination, voire d’un esclavage, à une filiation et à un amour illimité. La paternité divine nous encourage à vivre en paix et dans la quiétude de l’amour. Créateur et Sauveur, le Père est Alpha et Oméga, Principe et But de toute vie.

Dieu l’Esprit Saint : comment confondre l’Esprit Saint et les esprits, les anges… ? On a bien des difficultés à le cerner car comme le vent et la lumière, sa présence est vive mais insaisissable. Il agit de par sa liberté. Il purifie de par sa sainteté. Il sanctifie de par sa pureté. L’Esprit Saint est Personne Divine et non une énergie, un soufflet, une émanation, une parcelle divine. L’Esprit est autonome et agit à sa guise selon sa volonté harmonieuse avec le Père et le Fils, de par sa « procession » (Il procède du Père et du Fils). Hôte doux et mystérieux de nos âmes, il réchauffe et redresse, il relève et ouvre l’avenir. Sa présence est vécue dans l’amour car il est l’amour du Père et du Fils. La Tradition parlera de « spiration »  et non de création : le Père et le Fils « spire » l’Esprit. Créateur et Sanctificateur, l’Esprit Saint est Alpha et Oméga, au début et à la fin de tout être créé.

Dieu est Trinité parce qu’il est Unique. Son unicité envisage sa Trinité. Un seul Dieu, une seule nature divine mais Trois Personnes Divines unies dans l’amour et en communion. Et puisqu’il faut des mots pour comprendre et tenter de décrire le mystère, on dira que ces Personnes Divines sont Père, Fils et Esprit. Mots bien pauvres pour dire le dynamisme de l’amour, la profondeur de la relation, la grandeur de la vie, l’immensité de la communion éternelle. Le jeune charpentier de Nazareth a fracassé nos limites intellectuelles mais a réchauffé notre cœur avide d’amour. Il a ouvert le Ciel et nous n’en revenons toujours pas !

  1. 2. La Trinité en nous.

La beauté de ce mystère est notre participation. La Trinité immanente (Dieu en lui-même) est connue par l’action de la Trinité économique (Dieu pour nous). C’est l’action du Christ qui a permis de comprendre, de percevoir, de goûter à la vie trinitaire. Il nous reste à y participer, à en vivre, à entrer en communion puisque là est notre avenir et notre bonheur.

L’Église, icône de la Trinité : concrètement, l’Église réalise et vit du mystère trinitaire. Son organisation et ses instituions sont trinitaires sinon elle serait  une organisation quelconque voire une dictature. Sa vie est trinitaire car elle reflète et réalise la communion des Personnes Divines, sinon sa tâche serait illusoire et son unité, une imposture inutile. L’Église est la réalisation parfaite du dogme trinitaire en unissant la diversité, en protégeant les différences, en accueillant les contraires. Unité et diversité sont possibles parce que la Trinité le vit.

L’Homme, reflet de la Trinité : concrètement, l’Homme  reflète la Trinité. La diversité de sa personne, les éléments le constituant (matière et esprit), le dynamisme des énergies psycho-émotives, son ouverture au transcendant, la profondeur de son être… montrent sa participation à la diversité dans l’unité que la Trinité a créée. Finalement, notre vie quotidienne n’est-elle pas une tentative d’unifier tout cela ? Notre vie spirituelle n’est-elle pas une consécration de l’unité de tout cela en la Trinité ? Si le plus beau des enfants des hommes, le Christ, l’a accompli, notre chemin est d’y arriver nous-aussi jusqu’à notre accomplissement totale et définitive dans le Cœur de la Trinité éternelle.

  1. 3. Conclusion : l’Amour en Dieu.

Parler de la Trinité, c’est parler d’unité et de diversité. Unies parce que différentes, les Personnes Divines vivent la communion parfaite dans l’amour.

Parler de la Trinité, c’est parler de la Résurrection et de l’œuvre accomplie par le Christ, parfaite image du Père dans l’Esprit. La Trinité se fait connaître par son action pour les hommes.

Parler de la Trinité, c’est parler de communion et de participation. Nous devenons enfants de Dieu par le Christ et nous partageons la communion trinitaire. C’est donc parler de beauté et d’amour !

P. Francis

 

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Temps Ordinaire II. Bookmark the permalink.