ORDINAIRE 15 B

« Alors il fit venir les Douze : il se mit à les envoyer deux à deux »
(Marc 6, 7-13)

Jésus n’a pas choisi d’agir seul. Sa mission vient du Père mais il s’entoure de disciples pour mener à bien cette mission. A-t-il vraiment besoin d’aide ou envisage-t-il une continuité dans la prédication de la Bonne Nouvelle ? Il semble que Jésus agisse en communauté afin que l’Évangile atteigne les extrémités de la terre en commençant par la Palestine. Il y a, au départ, un choix puis une consécration et enfin un envoi. Le choix est libre. La consécration est gratuite. L’envoi est universel. Si Jésus choisit, consacre et envoie c’est parce qu’il a été choisi, consacré et envoyé. Il y a une continuité non seulement dans la proclamation de la Bonne Nouvelle mais aussi et surtout dans le choix ontologique et la communion dans la même consécration et mission. Le Père envoie le Fils pour révéler et sauver dans l’Esprit Saint. Le Fils envoie alors ses Apôtres et disciples dans l’Esprit Saint pour annoncer et proclamer les merveilles de l’œuvre trinitaire. L’amour est au cœur du processus comme il est l’être de la Trinité.

1. Le Père envoie le Fils dans l’Esprit Saint.

Tout est trinitaire car tout est œuvre de la Trinité. C’est la Trinité qui crée, qui sauve et qui sanctifie. C’est la Trinité qui est à l’origine et à la fin de tout. « De la Trinité à la Trinité » pourrait être le titre de cette merveilleuse histoire d’amour qui commença par l’étincelle de vie des origines, qui se poursuivit par le souffle de vie dans le sein de la Vierge Marie, qui se révéla dans la clarté radieuse du matin de Pâques et qui s’achèvera dans le Cœur palpitant de la communion trinitaire. L’amour, du début à la fin de cette histoire qui est œuvre et être.

La Trinité crée : la création est l’œuvre d’un Dieu qui désire partager sa vie et son être. Elle n’est pas nécessaire. Elle n’est pas le fruit d’un égoïsme divin qui veut être adoré et servi par des créatures soumises et apeurées. Elle est la volonté d’un amour qui se partage. Elle est le reflet d’un Dieu qui communique. Elle est le signe de la communion possible dans l’amour. La liberté est nécessaire pour que l’amour soit sincère. On comprendra que cette liberté a été dévoyée pour s’avancer dans des voies sans issue. On comprendra que l’autonomie du monde est nécessaire pour que la vérité soit reconnue. La création est l’œuvre de la Trinité qui laisse découvrir sa beauté mais aussi les exigences de la liberté et de la vérité. C’est un mouvement qui sort du cœur de l’amour trinitaire.

La Trinité sauve : la rédemption est l’œuvre d’un Dieu qui désire sauver sa créature, avilie par le péché et enténébrée par le mensonge. L’incarnation est rédemptrice à cause du péché. Aurait-elle eu lien sans le péché ? Oui, répondent les Pères de l’Église car la volonté divine était de faire de nous ses fils et filles pour partager l’éternité. Le péché a entravé ce dessein mais le Fils a rétabli la communication, le lien brisé grâce à son obéissance et à sa confiance. Le Père envoie donc le Fils pour donner la filiation divine, obtenue douloureusement par la mort du Christ et glorieusement par sa Résurrection. C’est un mouvement qui vient du cœur de l’amour trinitaire.

La Trinité sanctifie : la sanctification/divinisation est l’œuvre d’un Dieu qui propose à sa créature devenue fils/fille de partager sa vie et son être. L’Esprit agit en conséquence pour que la personne humaine ressemble de plus en plus à la Personne divine et qu’elle soit apte à la rencontre. Comment est-ce possible ? Par une création qui prépare, par l’incarnation du Fils qui transforme, par la Résurrection qui transfigure, par l’Esprit qui identifie. Le salut est complet parce que la rédemption est complète. Toute la personne est sauvée pour que la rencontre soit possible et complète. Même ce qui est limité par nature (la chair, la matière…) se voit investi d’éternité. Tout est destiné à goûter à la communion en Dieu. Jésus le Fils nous a précédés. Marie la Vierge y est parvenue. Nous le suivrons. C’est un mouvement irrévocable qui vient de l’amour trinitaire.

Si Jésus envoie ses disciples, c’est parce qu’il est lui-même envoyé par le Père pour accomplir le grand Dessein de la Trinité. On le voit dans l’Évangile, Jésus n’obéit qu’au Père sous l’action de l’Esprit Saint car la communion éternelle de la Trinité est vécue par le Fils dans sa condition humaine. On comprend que tout ce que dit ou fait Jésus est un reflet de la volonté du Père.

2. Le Fils envoie ses disciples dans l’Esprit Saint.

Les disciples sont des envoyés. Contrairement à Jésus, ils ne parlent pas en leurs noms mais au nom du Fils, reproduisant ses paroles et ses gestes de salut. Voici une promesse des plus importante : c’est à nous de refléter la volonté du Père par les paroles et les gestes du Fils, grâce à l’Esprit de Pentecôte qui nous anime. Nous sommes appelés à la même mission car nous sommes les membres de son Corps. Attachés au Christ par le baptême, la confirmation et l’amour du Père et du Fils nous propulsent dans la vie trinitaire pour redire au monde la volonté de la Trinité : la communion éternelle dans l’amour. Nous sommes donc tous ses missionnaires.

Tous missionnaires : la mission n’est pas réservée à des spécialistes, des professionnels. Tous nous pouvons annoncer l’œuvre de Dieu et son amour. Dans le quotidien, il y a tant à dire et à faire. Mission de la prière pour les personnes âgées, les malades et les priants. Mission du service dans la communauté, la famille, la société. Mission de la Parole dans la transmission, l’éducation et la formation chrétienne. Mission d’annonce pour les non-croyants, les lointains, les païens. Mission de communion pour les ministres ordonnés et les consacrés. Chacun de nous est appelé, consacré et envoyé. Au plus loin ou au plus proche. Chez soi ou ailleurs. En parole ou en action. Quand la parole n’est pas opportune, le témoignage de vie parle de lui-même. Quand la parole est nécessaire, c’est l’Esprit du Père et du Fils qui s’exprime pour rétablir la vérité, défendre la justice, annoncer le pardon, proclamer l’amour inconditionnel de Dieu pour ses enfants.

Différentes missions, même annonce: beaucoup pensent ne pas pouvoir. D’autres pensent ne pas savoir. Et pourtant, tous appelés et envoyés. Par des gestes ou des mots, c’est la même annonce : le pardon est accordé, la grâce est donnée, l’amour nous entoure. Dieu nous aime comme ses enfants. Vivons donc en enfants de lumière pour être témoins de la Lumière et de la vie nouvelle en Christ. Conversion, pardon et grâce se suivent toujours car ils appellent la vérité sur soi, la liberté et le choix. Ils appellent à reconnaître qui nous sommes en découvrant qui est Dieu. Ils introduisent dans le mystère du Dieu Un et Trine qui crée, sauve et sanctifie.

3. Conclusion : la mission pour tous!

Jésus est envoyé par le Père pour annoncer son dessein d’amour : faire de nous ses fils et filles en Christ. L’Esprit anime le Fils pour que la volonté du Père se fasse en lui.

Jésus envoie ses disciples pour annoncer le dessein d’amour du Père et du Fils dans l’Esprit Saint : créer, sauver et sanctifier. C’est l’œuvre de la Trinité qui est proclamée, célébrée et vécue. L’amour nous a précédés. Il nous anime. Il nous attend. C’est l’amour trinitaire qui se partage déjà.

Père Francis

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Temps Ordinaire II. Bookmark the permalink.