ORDINAIRE 16 B

« Il se mit à les enseigner longuement »
(Marc 6, 30-34)

On aime l’humanité de Jésus. Il est si proche de ses disciples qu’il peut connaître leurs besoins et leurs attentes. Jésus invite ses disciples à se reposer, à prendre du temps, à se retirer. Certes, le repos est important pour refaire ses forces physiques mais aussi pour réfléchir sur le sens de sa vie, sur les orientations à prendre, sur la profondeur spirituelle à donner à son action, pour prier et retrouver son Seigneur dans le silence. La vie est si agitée, si occupée, si prenante qu’on oublie parfois l’essentiel ou le pourquoi de notre action. Il faut savoir s’arrêter et repartir plein de vie, de lumière et d’Esprit Saint. Jésus se montre comme le bon Pasteur, conscient du besoin de ses brebis mais aussi prêt à les guider vers la vérité et la lumière. Laissons-nous guider par lui pour trouver le Père et vivre dans l’Esprit. Celui qui se tourne vers le Fils trouve le Père dans l’Esprit. Vivant de la miséricorde divine, il sera un vrai fils de la lumière.

1. Le Bon Pasteur.

Jésus s’est montré comme le Créateur, le Maître de nos vies, connaissant notre vie intérieure et nos vrais besoins vitaux. Aujourd’hui, il se présente comme le vrai Pasteur, répondant ainsi à la promesse du Dieu d’Israël d’être lui-même le Pasteur de ses brebis (Jr 23, 1-6). Les envoyés sont faibles et limités. Ils ont à se libérer eux-mêmes de leurs chaînes pour libérer et guider les autres au nom de Dieu. Dieu lui-même viendra et conduira ses brebis vers la lumière, vers ces verts pâturages où le repos sera un moment de bonheur et de vérité.

Jésus, reflet du Père: il n’y a pas de doute dans notre esprit, Jésus est le Fils de Dieu. En cela, nous pouvons affirmer que par lui le Père s’exprime et se fait voir. Les prophètes et les saints peuvent bien parler et agir au nom de Dieu, vivre dans la lumière de la foi et l’espérance de l’éternité. Seul Jésus est l’Icône du Père car il est de Dieu, il est le Fils, il est Dieu. Si Dieu a promis de venir lui-même conduire son troupeau, c’est en Jésus que cela se réalise car Jésus est Dieu-parmi-nous. Ainsi, quand Jésus agit ou parle, c’est Dieu qui agit ou parle. Suivre le Christ, c’est suivre Dieu lui-même qui seul sait ce qui est bon pour nous car lui nous a créés pour l’amour et la communion. Voir le Christ c’est voir le Père dans l’Esprit Saint. Pensons un peu à toutes les conséquences de cette affirmation!

Jésus, chemin vers Dieu: il n’y a pas de doute, Jésus est le chemin vers Dieu. Chemin droit et direct vers le Ciel. Chemin verdoyant qui désaltère le marcheur. Chemin épineux parfois mais certain. Chemin qui demande conversion et vie nouvelle. Le Bon Pasteur indique la route à suivre mais exprime aussi la vérité à croire et les conversions à opérer. De fait, le péché nous a dévoyés. Il a obscurci notre esprit et notre cœur. Il nous ment en faisant reluire comme de l’or ce qui n’est que vanité. Ce qu’on pense être liberté n’est qu’esclavage. Seul le Christ peut insuffler de la lumière et de la vérité là où le péché et le mal ont déconstruit. Suivre le Christ c’est suivre le Père dans l’Esprit Saint. Pensons un peu à toutes les conversions nécessaires pour vivre libres.

Jésus, vrai Pasteur: il n’y a pas de doute, Jésus est le vrai Pasteur. Il est celui qui conduit, panse les plaies, soigne, ravigote, vivifie. Le vrai pasteur connaît ses brebis et les appelle par leur nom. Il ne s’échappe pas à la moindre alerte et ne cherche pas son intérêt ou sa commodité. Il donne même sa vie pour son troupeau. Jésus l’a montré au cours de sa vie et de sa passion : seule la volonté de Dieu compte, seul le troupeau compte, seul l’amour est important. Le Christ a versé son sang pour nous et nous a libérés de l’esclavage du péché et de la mort. Son sang nous a purifiés et rendus dignes du Père. Sa mort nous a procuré le pardon. Sa Résurrection nous a introduits dans la lumière divine pour vivre en fils/filles du Père par l’Esprit Saint. Écouter le Christ c’est écouter le Père dans l’Esprit Saint. Pensons un peu à la joie et au bonheur vécu à entendre les paroles de vie et à ressentir les signes de la vie éternelle.

Le Christ est le Bon Pasteur qui nous conduit vers le Père par la force de l’Esprit Saint. Plein de compassion pour nous, il nous conduit et nous enseigne. Ses paroles ne sont pas vides car il est la Parole de Dieu. Son enseignement n’est pas limité car il est la Sagesse éternelle. Son pastorat n’est pas inconsistant car il est le Pasteur envoyé par le Père. Le Christ est le seul Chemin vers le Père, le Chemin royal et direct, le vrai Chemin. Il n’indique rien car il EST.

2. Le Miséricordieux.

On le voit dans l’Évangile du jour, Jésus s’émeut à la vue du peuple de Dieu sans guide, du peuple désorienté et abandonné. Ses entrailles sont pleines de miséricorde et de compassion. On reconnaît ainsi l’attitude du Dieu d’Israël « plein d’amour et de miséricorde ». La miséricorde est un thème récurrent de l’Ancien Testament mais aussi de l’Ancien Orient car « le Miséricordieux » est un des noms donné à Dieu dans la tradition orientale. Cette miséricorde va s’exprimer à travers le visage serein et lumineux du Christ.

Miséricordieux par création: Dieu peut-il haïr sa créature ? La veut-il libre ou esclave? Bien des réponses ont été données par les religions passées ou actuelles. L’Évangile est clair sur ce point : cette créature aimée est pardonnée et élevée à la dignité filiale. Le Miséricordieux connaît nos limites et nos tribulations. Il demande fidélité et respect pour son Alliance. Il demande la confiance en sa Loi et ses commandements. Qui connaît mieux que quiconque nos vrais besoins ? Qui nous connaît de l’intérieur ? De fait, Dieu, par l’incarnation du Fils, prendra notre propre chair pour se faire encore plus proche et pour nous dynamiser du dedans.

Miséricordieux par compassion: Dieu peut-il abandonner sa créature ? Il a fait de nous des fils/filles par le Christ car sa miséricorde est infinie et «éternel est son amour ». En partageant notre condition humaine, il touche nos entrailles et transforme notre être en êtres de lumière. Nous sommes véritablement « héritiers » avec le Christ et participants de la nature divine. Sa compassion a été la plus forte : il partage nos détresses pour en faire un chemin de sainteté. Quel Dieu est comme notre Dieu?

3. Conclusion : se reposer sur le cœur du Christ

Jésus nous entraine vers le Ciel : il est le Bon Pasteur envoyé par le Père pour conduire le troupeau vers le pâturage voulu par le Père. L’Esprit est donné aux fils et filles de la lumière.

Jésus reflète la miséricorde du Père par sa compassion, son pardon, sa guérison. Il touche nos cœurs par ses paroles de vie et transforme nos vies par son amour miséricordieux. Rien n’est si grave pour nous éloigner de l’amour infini du Miséricordieux. Tout peut nous conduire vers la Vie et la Lumière.

Jésus nous invite au repos : prendre du temps pour savourer l’amour et se réjouir de la Présence aimante du Père en nos cœurs par le Fils Unique dans l’Esprit. Savourer l’amour de la Trinité.

Père Francis

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Temps Ordinaire II. Bookmark the permalink.