ORDINAIRE 21 B

« Nous savons que tu es le Saint de Dieu »

(Jean 6, 60-69)

Le Chapitre 6 de St Jean est une belle explication de l’Eucharistie. Jésus se présente comme « le pain de vie », celui qui descend du Ciel pour nous donner la vie éternelle. Ses paroles sont difficiles à entendre pour un Juif pieux de son époque et même pour ses disciples. « Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ? » Question légitime et bouleversante. Personne avant lui n’avait parlé ainsi et personne n’était certes prêt à manger sa chair. Jésus, comme à son habitude, élève le débat et donne des clés de compréhension. Ce sera vraiment sa chair mais sa chair de Ressuscité, sa chair ressuscitée et introduite dans la sphère divine. Son sang est vraie boisson mais une boisson spirituelle qui nous plonge dans le mystère divin. On comprend bien que certains disciples s’en aillent après ce discours mais on comprend aussi que les Douze restent car ils font confiance au Maître qui va leur percer le secret de ses paroles mais aussi les initier aux mystères de Dieu.  Il leur faudra la lumière de Pâques pour comprendre pleinement  l’identité du Fils et sa seigneurie. Il est la Voie vers le Père dans l’Esprit Saint. Se nourrir de son Corps et de son Sang est essentiel à notre participation à la vie divine trinitaire. La foi nous y aide dès maintenant.

  1. 1. La foi dans le Fils de Dieu.

Jésus appelle souvent ses disciples et ses interlocuteurs à la foi. Il faut croire et le croire. Il tente de convaincre les sceptiques et de persuader les hésitants. Il montre les signes de sa gloire. Cependant, seul le Père peut ouvrir les yeux et mener la quelqu’un vers le Fils. Mystère d’une foi consciente mais éclairée par le Père dans l’Esprit.

Croire en Dieu ou croire Dieu : des millions de personnes croient en Dieu. Mais de quel Dieu s’agit-il ? Depuis la venue du Christ, le chrétien a la connaissance du vrai Dieu, le Père du Seigneur Jésus-Christ qui donne son Esprit. Ce Dieu est Un et Trine. Dieu d’amour qui nous appelle à la communion.  Nous devenons fils/filles dans le Fils Unique, par adoption et grâce. Ainsi quand Jésus parle, c’est Dieu qui parle. Quand Jésus guérit ou fait des miracles, c’est Dieu qui agit en faveur de son peuple. Jésus est le Fils, icône du Père, le vrai reflet de sa présence. Il est Présence de Dieu parmi nous. Depuis Pâques, les sacrements sont les ‘signes’ utilisés par Dieu pour toucher sa présence à travers le Fils ressuscité. Pensons à l’Eucharistie comme présence réelle du Fils.

Croire au Fils ou croire le Fils : beaucoup ont quitté Jésus à cause de ses paroles ou de ses gestes. D’autres sont restés auprès de lui car ils ont senti et accepté le mystère de cet homme. On ne peut connaître Dieu comme Père sans le Fils. On ne peut croire en l’amour de Dieu sans l’Esprit. On ne reçoit la vie éternelle que par le Fils. Croire en Jésus le Fils est essentiel car sa Personne est divine. Il est le Verbe de Dieu et donc vraie expression du Père pour nous. Croire en lui, c’est le croire et ainsi accepter et croire que Dieu nous aime et que notre relation est désormais filiale. Pensons à l’Eucharistie comme présence d’amour du Fils.

Croire à la puissance de l’Esprit : beaucoup considèrent l’Esprit comme un volatile, une énergie cosmique ou une force surnaturelle. Nous croyons que l’Esprit Saint est une Personne divine et qu’avec le Père et le Fils, il ne fait qu’un dans l’amour. L’Esprit du Créateur a suscité le créé. L’Esprit de l’Unique a suscité l’Alliance. L’Esprit du Rédempteur a accompli le salut. L’Esprit du Ressuscité est donné pour croire et aimer. L’Esprit est cette puissance de Dieu à l’origine de tout mais qui tient son origine dans l’amour du Père et du Fils. Il agit en nous et prie en nous. Il rend présent le Fils et le Père dans les sacrements et construit l’Église comme Corps du Christ. L’Esprit est la main de Dieu sur nous. Il donne ses dons sacrés pour entrer dans la communion et vivre maintenant de l’amour trinitaire. Pensons à l’Eucharistie comme sanctification personnelle et communautaire dans le Fils.

C’est la foi qui guide nos pas et nous mène vers Dieu, la foi dans le Fils qui mène au Père par l’Esprit. Tout ce que Jésus dit et fait, c’est pour la gloire du Père et notre salut. Accueillir ses paroles porte à la connaissance du Père et au don de l’Esprit. C’est une plongée dans le mystère trinitaire.

  1. 2. Les paroles de vie éternelles.

N’est-ce pas le rêve de l’humanité que de vivre éternellement ? Nous sommes pourtant soumis aux lois intransigeantes de la nature. Nous sommes destinés à la mort car la vie suit son cours. Il est pratiquement nécessaire pour que la vie s’épanouisse que la mort existe. Les règles naturelles sont implacables. On ressent pourtant cet élan vers la vie, une vie sans fin, une vie nouvelle. Qui peut la donner ? Comment l’obtenir ? C’est souvent cette question qui est à l’origine des religions. Elles tentent de répondre à cette angoisse par des croyances et des rites. Quant à nous, nous avons le Christ, Parole de Dieu.

Verbe divin : Jésus, en sa Résurrection, est reconnu Fils de Dieu. Cette profession de foi n’est pas banale. Elle ne répond pas à une angoisse devant la mort mais à un émerveillement devant la vie. Pâques a bouleversé le cours de l’histoire et a introduit la vie et l’amour dans notre quotidien. Croire que le Christ est le Saint de Dieu c’est croire qu’il a vaincu, qu’il règne, que sa victoire est pour toujours. C’est espérer qu’enfin la mort soit vaincue et que la vie éternelle éclate pour la joie du monde. On peut croire Jésus car comme Verbe de Dieu, il est vérité et vie.

Maître de la vie : Jésus, en sa Résurrection, est reconnu Maître de vie et Seigneur de l’univers. Sa nature toute divine a sanctifié sans nature humaine. Elle l’a rendue apte à la vie éternelle. Il a réussi ce pari fou et inimaginable de mettre l’éternité dans le mortel, l’infini dans le fini, la grâce à la place du péché… Il a permis l’irruption du divin en nous par son amour infini pour une relation d’amour infinie. Comme on le dit parfois à la préface de la messe : « la vie éternelle est déjà commencée ». Et quand on célèbre l’Eucharistie, les limites sont franchies, le temps et l’espace s’estompent, le Ciel et le Terre s’unissent, Dieu et l’humanité ne font qu’un. L’amour a vaincu !

  1. 3. Conclusion : l’amour au cœur de la relation.

Jésus est le Pain descendu du Ciel pour nous donner la vie. Manger ce pain c’est déjà goûter à l’éternité.

Jésus est le Fils que le Père aime et écoute. L’écouter c’est entendre la Voix de Dieu par l’Esprit.

Jésus est la vie qui se donne dans l’amour. Vivre désormais c’est s’unir à lui pour vivre de lui et sanctifier le monde.

Jésus est celui qui attire ses frères et sœurs. Croire c’est ouvrir la porte de la vie éternelle et découvrir, émerveillé, que Dieu est Un et Trine, que Dieu n’est qu’amour pour notre plus grande joie.

P. Francis

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Temps Ordinaire II. Bookmark the permalink.