AVENT 1 C

« Vous tenir debout devant le Fils de l’homme »

(Luc 21, 25-28.34-36)

Nous commençons un nouveau cycle liturgique. Cette année, l’évangéliste Luc nous accompagnera. Nous tenterons à nouveau de pénétrer le mystère du Christ pour entrer dans le mystère de Dieu. En effet, c’est à travers la vie de Jésus-Christ, sa mort et sa Résurrection que l’amour de Dieu se révèle. On ne connaît Dieu qu’à travers le Christ puisqu’il est le Fils, qu’il vient de Dieu, qu’il est Dieu. C’est un grand mystère que de croire mais surtout que de partager la joie de la vie éternelle et de la communion à l’amour trinitaire. Nous ne sommes pas spectateurs d’une réalité qui nous dépasse, nous sommes participants d’une vérité qui nous élève. Parcourir les mystères du Christ nous permet d’entrer dans l’intimité de Dieu et de partager son amour. Il ne serait pas intéressant de commémorer un homme du passé si nous ne pouvions pas y tirer la lumière nécessaire à notre quotidien. Il ne s’agit pas de se souvenir mais de faire mémoire, c’est-à-dire de partager une réalité spirituelle qui nous rejoint et qui nous nourrit.  L’Avent nous introduit dans ce temps de préparation aux fêtes de Noël. C’est un avant de fête pour mieux vivre l’événement célébré. La venue du Fils dans le monde va bouleverser son histoire. Nous ne sommes plus comme avant puisque nous reconnaissons la puissance de Dieu à l’œuvre et sa volonté de nous sauver, de nous accueillir, de nous recevoir en son sein pour partager sa vie et son amour. La Trinité se fait connaître. Nous sommes conviés au banquet éternel.

  1. 1. La venue du Christ.

On a déjà parlé des deux venues du Christ. Nous avons conclus l’année précédente avec la fête du « Christ roi de l’univers » en attendant la seconde venue du Christ. Nous commençons cette nouvelle année en souhaitant encore et encore cette venue qui établira son Royaume de façon définitive. Cependant, sa première venue dans le temps nous éclaire sur sa seconde venue dans l’éternité. La boucle est bouclée. C’est à travers l’histoire du Christ, cette histoire qui transcende l’histoire, que nous entrons dans le mystère de la vérité éternelle.

Venue qui illumine : le retour du Christ est attendu. Sa venue dans le temps a éclairé notre connaissance et a illuminé nos cœurs. En reconnaissant Jésus comme le Fils de Dieu, nous avons reçu une lumière divine et une grâce permanente. De la même façon qu’il nous a donné la lumière, sa seconde venue nous propulsera dans la Lumière éternelle. Nous anticipons cette vérité et nous attendons la pleine connaissance et la pleine communion

Venue qui transforme : le retour du Christ nous transformera. Sa venue dans le temps a transformé nos vies car elle a touché nos cœurs. Se laisser transformer nécessite humilité et courage. Se laisser toucher par le Christ bouleverse notre façon de vivre, de croire, de nous positionner. On ne peut rester indifférent à cet appel. Il transperce nos cœurs pour atteindre notre être. De même que l’incarnation a touché notre être ainsi la seconde venue du Christ manifestera toute la beauté de l’être humain uni à son Seigneur.

Venue qui sanctifie : le retour du Christ nous sanctifiera. Sa venue dans le temps a rendu possible la sainteté qui est accueil de la vérité, vie dans la lumière, transformation de l’être, communion trinitaire. Le saint est si proche de Dieu que ses limites se transforment en tremplin vers la grâce. Il dépasse sa finitude en l’acceptant. Il sanctifie son être en devenant plus humain. Il vit en fils en étant homme. Seul le péché, séparation volontaire d’avec Dieu et rejet de sa grâce, lui fait peur. La seconde venue du Christ en gloire sera la révélation de la vérité de l’être humain et de sa vocation divine, la révélation de sa beauté et de sa grandeur, révélation d’une relation qui unit sans confondre.

Par des images parfois choquantes, Jésus exprime la transformation de l’être et le renouveau qui rapproche de Dieu. On ne peut se présenter devant Dieu avec quelque résidu que ce soit de péché ou d’esclavage. Il faut être homme nouveau/femme nouvelle, purifié par le baptême, revêtu de la robe nuptiale pour se présenter devant Dieu. La venue dans le temps a préparé cette rencontre. La seconde venue du Christ va la manifester de façon éclatante et merveilleuse.

  1. 2. La conversion des cœurs.

L’Avent nous introduit dans un temps d’attente : attente du retour du Christ célébré dans sa venue historique. Jour après jour, nous marchons vers cette rencontre et comme un pèlerinage qui purifie, nous nous purifions. Nous devons abandonner nos vieilles habitudes et nos compromis. Nous devons relever la tête et vivre du Christ tout en nous impliquant dans la transformation du Monde. Le Royaume se construit maintenant même s’il ne se révèlera qu’à la fin des temps.

Vie transformée : Y –a –t-il des situations ou des actes qui nous séparent de Dieu ? Que doit-on abandonner pour vivre en fils/fille du Père ? Qu’est-ce qui nous sépare de l’amour de la Trinité ? Il y a des arrachements radicaux. Il y a des transformations permanentes. Il y a des progressions souhaitées.  Il y a une aversion salutaire du péché. Si on ne peut tout changer immédiatement, il y a la volonté et le désir de le faire. Dieu regard le cœur et nous aide à poursuivre la transformation souhaitée. Seul l’amour pourra le permettre.

Cœur en attente : « Restez éveillés et priez en tout temps » dit Jésus (Luc 21, 36). Seul le cœur est capable de percevoir ce qui arrive et Celui qui arrive. Perdre son temps en mondanité nous enlise dans le ponctuel et les plaisirs limités. La joie de vivre se situe dans la beauté de la vie et la rencontre du Seigneur jusque dans les petites choses du quotidien. « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux » (Saint-Exupéry).

  1. 3. Conclusion : un temps donné pour recevoir le Fils.

L’Avent nous connecte avec le temps liturgique écoulé tout en nous introduisant dans le nouveau cycle liturgique. Il y a continuité.

L’Avent nous met en face de l’histoire (la première venue du Christ) tout en nous manifestant son accomplissement (Seconde venue du Christ en gloire). Il y a continuité.

L’Avent nous prépare à la rencontre du Fils qui est présence du Père dans l’Esprit Saint. Noël a été et sera toujours une célébration de la rencontre de l’humain et du divin. Noël nous fait désirer la rencontre éternelle qui s’épanouira dans l’amour. Il y a continuité.

L’Avent est un don de Dieu car il manifeste le mystère dans le temps et dans l’éternité. Laissons-nous transformer par la puissance d’amour du Dieu qui « est, qui était et qui vient ».

Bon Avent.

P. Francis

 

This entry was posted in Année C, Français, Père Francis, Saison de l'Avent. Bookmark the permalink.