BAPTÊME DU SEIGNEUR

« C’est toi mon Fils : moi, aujourd’hui, je t’ai engendré »

(Luc 3, 15-16. 21-22)

Ce temps de Noël touche à sa fin. Il aura été plein de merveilles et de joie. Il nous aura emportés dans les secrets du Père par la naissance et la révélation du Fils et la force de l’Esprit Saint. Toutes ces fêtes autour de Noël n’ont qu’un but : affirmer haut et fort l’amour de Dieu pour l’humanité et son engagement réel en notre faveur. Pouvait-il faire plus que de s’incarner, que de partager notre réalité, que de se faire faible ? Pouvait-il faire moins que de nous montrer ainsi son amour et sa tendresse ? Un enfant dans une étable, à la merci des aléas du temps et de l’histoire, des tyrans et des intérêts politiques mais aussi laissé à la tendresse et aux soins de Marie et Joseph, à une éducation humaine qui le portera à reconnaître son origine divine. Noël est une révélation, celle de l’amour du Père par le Fils. L’Epiphanie est une révélation, celle de l’amour du Père par le Fils de tous les hommes. La Baptême de Jésus au Jourdain est une révélation, celle de l’intimité de Dieu, de son identité véritable, de son amour dans la communion trinitaire auquel nous sommes conviés. Jésus entreprend maintenant sa mission : dévoiler le secret du Père, insuffler l’Esprit, proclamer l’amour divin. Pâques nous donnera l’énergie nécessaire pour y plonger et la force nécessaire d’en vivre, jusqu’à la rencontre définitive dans la communion trinitaire.

  1. 1. Révélation trinitaire.

Certainement, les fêtes de Noël ont révélé les secrets de Dieu. Le baptême de Jésus nous porte plus loin puisque le Père parle et l’Esprit descend sur Jésus. Baptême de Jean le Baptiste et donc baptême de pénitence et de conversion, ce rite sera repris par Jésus et élevé vers un plus de qualité et de grâce dans lequel nous découvrons notre vocation filiale et vivons notre mission. Jésus se soumet au baptême de conversion, Lui sans péché, le Pur et la Voix du Père, par solidarité pour cette humanité dont il a pris la chair et partage la faiblesse et la grandeur. Au moment même de ce partage, Dieu se révèle et affirme son amour, le Père parle et s’adresse au Fils, l’Esprit Saint est donné et sera désormais l’Agent de sanctification. Le baptême de Jésus est indéniablement une révélation trinitaire pour notre plus grand bonheur.

La Voix du Père : alors qu’ailleurs le Père s’adresse aux hommes pour présenter son Fils (Mt 3, 17), ici il parle directement à Jésus. Il le reconnaît comme sien et le confirme dans sa mission. Jésus est reconnu par le Père comme son Fils bien-aimé, comme le Fils de sa tendresse, comme une partie de lui-même. Peut-on trouver paroles plus belles et plus touchantes ? Peut-on trouver paroles plus claires dans leur simplicité ? Ces quelques mots ont la force divine et pénètrent le cœur de Jésus. Elles le relient au Père comme à son origine, à sa relation, à sa liberté et à sa dépendance. Paroles divines qui vont propulser le Fils dans l’aventure humaine déjà commencée à l’Incarnation mais qui vont le porter à l’obéissance et au sacrifice. Paroles de tendresse mais aussi d’exigence et d’engament. Paroles qui expriment l’aujourd’hui divin et l’éternité de l’engendrement. Finalement, n’a-t-on pas eu besoin de l’Incarnation pour laisser s’exprimer en mots humains la réalité divine et éternelle de l’amour de Père et du Fils ? Mystère insondable et incroyable !

L’Amour du Fils : alors qu’ailleurs Jésus sort de l’eau quand le Ciel s’ouvre, signe du lien qu’il établit entre le Ciel et la Terre (Mt 3, 16), ici Jésus prie au moment de la révélation. L’acte de solidarité est accompli, il a déjà été baptisé et le peuple est en train de se soumettre au baptême de Jean. Il prie. Il accepte sa mission. Il se met en lien avec le Père dans l’amour et le désir de la volonté divine. La prière de Jésus ‘provoque’ le Père et le fait parler. La communion exprimée dans l’intimité du cœur priant permet la révélation du Père. L’amour humain révèle l’amour divin. Jésus, dans sa prière personnelle et intime, rejoint le Père et le Père se fait alors connaître à tous. Finalement, n’a-t-on pas eu besoin de la prière humaine de Jésus pour que Dieu ‘concède’ à se dire Père ? N’a-t-on pas besoin du Christ pour accueillir la révélation de la paternité divine ?  Mystère insondable et incroyable !

La Présence de l’Esprit Saint : ici comme ailleurs (Mt 3, 16 ; Mc 1, 11 ; Jn 1, 32), l’Esprit prend une apparence corporelle, comme une colombe. Il descend sur Jésus et l’entoure de son amour et de sa force. S’exprime ici la mission de l’Esprit dans la vie de Jésus et dans notre vie : il fait le lien, il relie, il harmonise, il éclaire. L’Esprit donne sa lumière et ouvre l’intelligence. Il ‘pousse’ à la communion et permet la relation. Il ouvre l’esprit à la Bonne Nouvelle et réchauffe nos cœurs entièdis. Alors qu’il est à l’œuvre depuis la création du monde, son rôle s’éclaircit et se manifeste. Finalement, n’a-t-on pas eu besoin de ‘voir’ l’amour du Père et du Fils pour  connaître la personne de l’Esprit Saint ? L’Esprit, présent et actif tout au long de l’histoire du salut, prend enfin sa place et révèle sa personnalité unique au sein de la Trinité. Mystère insondable et incroyable !

La baptême de Jésus, acte de pénitence pour pécheurs et acte de solidarité pour Jésus, devient un moment de lumière et un acte de révélation de l’intimité de Dieu. En effet, ce Dieu Un de l’Ancienne Alliance se manifeste Trine dans la Nouvelle Alliance. Ce sera à Jésus de le dévoiler !

  1. 2. « L’Esprit Saint et le feu ».

Jean le Baptiste assiste à cette épiphanie (manifestation) et désignera l’Agneau de Dieu (Jn 1, 36). Ici, en St Luc, il met en lumière Jésus et annonce sa mission. Il est le précurseur mais aussi l’annonciateur. La révélation divine de ce moment unique le confirme dans sa claire vision. Pouvait-il imaginer l’incroyable ? Incroyable de l’identité du Messie et l’incroyable de sa mission rédemptrice et filiale ? Il semble qu’il ait perçu quelque chose de cela sans pouvoir entrer dans la profondeur du mystère révélé. Bienheureux Jean Baptiste qui entrouvre les portes du Nouveau Testament ! Pauvre Jean Baptiste qui ne peut encore ‘voir’ toute la grandeur de la Révélation en Jésus !

L’Esprit Saint : oui, Jésus baptisera dans l’Esprit, dans l’amour du Père et du Fils, dans la force et la puissance de l’amour. Par l’Esprit, Dieu touchera les cœurs, transformera les corps, éclairera les esprits, sanctifiera les âmes. Par l’Esprit, la Résurrection resplendira comme le Soleil Divin, comme la Lumière Eternelle, comme l’Espérance sans fin, comme la Vérité de l’amour. Par l’Esprit, la communion sera possible dans une filiation acceptée.

Le feu : qui peut désormais nous écarter de l’amour trinitaire ? Qui éteindra le feu qui nous brûle de l’intérieur ? Ce feu de l’amour est allumé en nous et s’épanouira dans la communion trinitaire.  Ce feu, fruit de la rencontre et de la tendresse, se transmet : c’est notre mission. Ce feu, joie de nos cœurs et donneur de sens, se propage. Il se communique comme la tendresse et la fraicheur se communiquent. Ce feu, c’est l’amour de la Trinité pour nous et en nous.

  1. 3. Conclusion : aimés comme le Fils

Le baptême de Jésus est une révélation trinitaire : Dieu appelle Jésus « son Fils » et, par lui, nous appelle ‘fils/filles’. Ses mots de tendresse nous sont adressés : son amour est en nous !

P. Francis

 

This entry was posted in Année C, Français, Père Francis, Saison de Noël. Bookmark the permalink.