PAQUES DU SEIGNEUR

« Selon les Écritures, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts »

(Jean 20, 1-9)

Le Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Un cri s’élève sur le monde : le Sauveur a vaincu la mort, il s’est levé du tombeau, il a révélé l’amour. Voici la Fête des fêtes, la grande victoire de Jésus, la miséricorde du Père et la joie de l’Esprit. Jésus ressuscite pour la gloire de son Père et dans la force de l’Esprit. Nous contemplons, stupéfaits, la lumière du Ressuscité. Nous découvrons, émerveillés, la gloire du Fils. Nous accueillons, étonnés, la grâce de la vie nouvelle. Résurrection du Seigneur et Résurrection des hommes renouvelés en Lui. Révélation de la divinité du Fils et révélations de notre adoption filiale. Communion de la Trinité Sainte et Communion en la Trinité Sainte. Nous sommes désormais appelés Corps du Christ et Temple de l’Esprit. Peuple de Dieu, nous recevons l’Onction royale et sacerdotale en Christ. Le Christ est ressuscité et c’est l’amour qui triomphe. L’amour est au cœur du mystère de Pâques comme il est au cœur de l’identité de Dieu. Trinité Sainte, Dieu est amour et c’est Pâques qui le révèle. Le Père et le Fils unis en divinité spirent l’Esprit Saint qui est l’amour du Père et du Fils. Si l’amour est au cœur du mystère trinitaire et au cœur de la mission du Christ, c’est l’amour qui construit notre être et qui  inspire nos vies. L’amour, toujours et encore.

  1. 1. L’amour révélé.

Il aura fallu des siècles pour percer le mystère de Dieu et pour percevoir un peu quelque chose de Lui. Depuis la Création jusqu’au début de la révélation à Abraham, en passant par Moïse et les prophètes. Que de chemin parcouru ! Il faudra toutefois le Christ pour comprendre quelque chose de profond et de véridique. C’est à travers Lui qu’on peut toucher le mystère et que se déploie la vérité trinitaire. Un chemin, certes chaotique et difficile, passant par la croix, mais un chemin qui aboutit enfin dans les bras du Père.

L’amour à l’origine de tout : à Pâques, on comprend que l’amour est origine. Il est notre origine. Il s’inscrit en nous comme dans l’univers. Il nous marque et ne demande qu’à s’épanouir. Nos relations en sont marquées. On cherche l’amour, on veut aimer et être aimé. Bien des choses s’expliquent par cette quête. Bien des troubles et des violences s’expliquent par son absence. Si l’enfant n’est pas aimé, il ne peut mûrir ni devenir un homme équilibré. L’amour est au cœur de la création.

L’amour à l’origine de la Volonté divine : à Pâques, on comprend que Dieu veut faire de nous ses enfants par amour. On passe du statut de créature à celui de fils/fille. Il y a un désir profond de communion et de partage, une volonté de donner par pure grâce la vie divine. Comprend-on que ce qu’Adam et Eve cherchaient (la connaissance, la vie éternelle) était en fait un don de Dieu ? Trompés par le Malin, ils voulaient ravir ce qui était déjà promis. Il faudra le Christ pour rétablir l’équilibre et accepter d’être des humains limités mais appelés à la vie éternelle. Pâques va transfigurer ces limites pour en faire un saut dans le divin.

L’amour à l’origine de la Rédemption : à Pâques, on comprend que l’incarnation était un acte d’amour envers l’humanité. Le Fils s’incarne pour nous sauver et pour nous rapprocher du Père. La « voie rédemptrice » est due à notre péché car le don était déjà acquis. Notre péché va clouer le Christ en croix, voie acceptée pour nous obtenir le pardon et la grâce. C’est donc l’amour qui va nous sauver, encore et toujours. C’est l’obéissance du Fils qui va nous ouvrir le Ciel, déjà prêt à accueillir les fils et les filles de la Nouvelle Alliance. Comme dit l’Exultet de la Veillée pascale, « Heureuse faute qui nous a valu un tel Rédempteur ». La faute originelle a mis en lumière de façon éclatante cet amour qui est allé jusque-là pour nous sauver.

L’amour à l’origine des relations trinitaires : à Pâques, on comprend que Dieu est amour. C’est le sommet de la Révélation. Si Dieu est amour, il est Trinité. La Trinité est communion des Personnes Divines dans l’amour, sans fusion, ni confusion mais dans l’unité de la divinité et la Trinité des Personnes. Tout s’explique donc en considérant les relations trinitaires, en accueillant ce mystère étonnant, en vivant dès maintenant dans l’amour trinitaire. Si Dieu est relation, nous sommes des êtres de relation. Dieu est amour, nous sommes créés et recréés dans l’amour. Si Dieu est Trinité, nous sommes des êtres trinitaires. « L’amour ne passera jamais »  (1 Cor 13, 8).

La Résurrection est un événement historique et transhistorique. Jésus ressuscite dans notre histoire mais englobe notre histoire. Il sort du temps et de l’espace pour être présent à tout et à tous. Il est le Seigneur des univers parce qu’il est le Fils de Dieu. Son œuvre et sa mission s’expliquent par l’amour qui l’anime. L’amour est au cœur du mystère car « Dieu est Amour » (1 Jean 4, 8).

  1. 2. L’amour vécu

Comment vivre désormais ? Pâques nous presse à nous engager dans la voie royale de l’amour, à suivre le Christ, à rendre grâce au Dieu d’amour. La vie chrétienne est une vie d’amour dans tous ses aspects. L’amour est à la source de tout acte chrétien qu’il soit liturgique, institutionnel ou éthique.

Vie spirituelle : qu’est-ce qui nous inspire et motive ? Notre vie spirituelle est une longue quête du Dieu vivant, une identification au Christ Seigneur, une transfiguration intérieure, un désir d’aimer. Nous avons tout à recevoir du Père à travers le Fils dans l’Esprit Saint car finalement, tout est grâce, tout est don, tout est amour. La vie spirituelle, liturgique, personnelle ou communautaire, est une relation qui ne s’épanouit que dans l’amour donné et reçu. L’aimant prie. La Trinité l’enveloppe de son amour.

Vie morale : qu’est-ce qu’agir ? Nos actes doivent correspondre à notre identité et à notre nature humaine. Nous agissons pour nous humaniser toujours plus, pour devenir homme ou femme selon la volonté divine. En agissant ainsi, nous exerçons notre vocation divine. Tout acte est filial. Tout acte nous rapproche de Dieu. Tout acte est amour. On saisit mieux ici la distance que nous mettons parfois entre notre identité profonde et notre agir inconséquent. La Loi divine, naturelle ou révélée, nous y aide. La conscience nous y invite. L’amour nous y pousse.

  1. 3. Conclusion : vie nouvelle en Christ.

Le Christ est ressuscité : l’amour est révélé comme origine du monde et du salut.

Le Christ est ressuscité : l’amour se révèle comme l’être même de Dieu. Dieu est amour

Le Christ est ressuscité : désormais, la vie éternelle coule dans nos veines et transforme notre agir.

Le Christ est ressuscité : la Trinité Sainte est notre origine, notre présent et notre avenir.

JOYEUSES FÊTES DE PÂQUES

P. Francis

 

This entry was posted in Année C, Français, Père Francis, Saison de Pâques. Bookmark the permalink.