ORDINAIRE 11 C

« Elle a montré beaucoup d’amour… »

(Luc 7, 36-50. 8, 1-3)

Il est surprenant de constater, dans l’Évangile, comment le toucher est important. Au-delà d’une communication naturelle, ce contact physique permet de faire passer la grâce. Il devient la voie du salut en procurant guérison et pardon. On reste étonné de voir Jésus se laisser toucher si facilement et encore plus étonné quand il est à l’origine de ce contact. Il touche pécheurs et malades, lépreux et personnes décédées. Il est entouré d’homme, de femmes et d’enfants. Il ne craint pas de se mêler à la foule et de toucher ses amis. Bien plus, il ne craint pas les interdits religieux et les tabous. Il se risque à l’impureté rituelle en touchant les « intouchables », malades et cadavres mais aussi pécheurs, publicains et païens. Son approche est naturelle, humaine, par-delà les limites religieuses et ethniques mais aussi religieuses et spirituelles car il introduit une nouvelle façon d’agir et de penser. Dans la maison de son Père, il n’y a pas d’exclus, il n’y a que des pécheurs pardonnés et « graciés ». Nous sommes donc invités à le toucher et à nous laisser toucher. Son toucher rejoint notre cœur et notre être profond. Notre toucher est signe de la volonté de rejoindre le Seigneur. Seule condition, l’amour. C’est l’amour qui ouvre les portes du Ciel.

  1. 1. Toucher Jésus.

Tous veulent toucher Jésus mais peu savent y faire. On se souvient de tous ces épisodes de confusion de foules et de contacts populaires. Peu ont touché Jésus avec foi et ainsi ont reçu la grâce qui émanait de lui. Certes, toucher un prophète ou un saint homme est une grande chose mais toucher le Seigneur, le Fils de Dieu, c’est autre chose : c’est comme toucher le Dieu caché dans le Temple, le Dieu des pères qui a parlé et agi, le Créateur. C’est recevoir une onde de grâce et de bénédictions. C’est parvenir à toucher le Ciel par celui qui est le seul médiateur entre Dieu et l’homme.

Toucher Jésus pour être pardonné : que de pardons accordés à ceux qui se sont repentis ! Que de conversions de ceux qui voulaient changer de vie sans savoir comment faire ! Que de joie de se savoir aimé ! La femme pécheresse de l’Évangile du jour a su se mettre au niveau du Seigneur dans sa petitesse et la reconnaissance de ses péchés. Ses larmes ont parlé. Son geste a été perçu par Jésus comme une conversion. Les regards ont suffi. L’amour a passé. Touchons donc le cœur de Jésus pour recevoir le pardon de nos péchés et ainsi, dans l’amour réciproque, recevoir la robe nuptiale.

Toucher Jésus pour guérir : que de forces sortant de Jésus ! Que de guérisons sur sa parole ou à son toucher ! Que de joie de se retrouver sain, invité à la sainteté ! Les malades ont su attendrir le cœur de Jésus. Il a su les rétablir dans leur dignité ou leur intégrité. Jésus exprime la compassion du Père en guérissant par la force de l’Esprit Saint. La guérison physique atteint le cœur et procure la guérison spirituelle. N’est-ce pas le but ultime ? N’est-il pas important de guérir intérieurement et de vivre en communion avec Dieu ? Touchons donc le Seigneur ressuscité pour guérir physiquement et spirituellement ainsi nous serons participants de la fête du Royaume.

Toucher Jésus pour vivre : que de lumière dans les ténèbres ! Que de vie par-delà la mort ! Que de forces vivifiantes venant du Christ ! Jésus relève les morts et les rend à leur parents ou amis. Il est le Maître de la vie et de la mort. Il agit en tant que Fils de Dieu et procure la vie. Ses réanimations sont signes de la grande Résurrection. Il procure le souffle pour vivre du Souffle Divin. Il rend la lumière pour se préparer à la Lumière éternelle. Il donne la vie pour ouvrir grand les yeux sur la Vie trinitaire. Au simple toucher, à la simple parole, le mort se dresse et reprend vie. Au simple toucher et à la simple parole de Jésus, la vie éternelle se déverse en nous et nous rend participants de la grande aventure trinitaire. Touchons donc le cœur du Christ pour recevoir cette vie nouvelle qui s’épanouit en vie éternelle dans l’amour de la Trinité.

Les croyants ont touché Jésus avec foi et amour. Ils ont reçu les dons de l’Esprit. Jésus se laisse toucher par nos mains et nos désirs profonds. S’approcher de lui, c’est recevoir pardon, guérison et vie. Sa présence physique en son temps et mystérieuse en notre temps est chemin vers le Père.

  1. 2. Se laisser toucher par Jésus

Si Jésus se laisser toucher, il touche lui-aussi. Sa main est puissante de bonté et son regard est perçant d’amour. Son toucher est chemin vers Dieu car il transmet la force divine. Cette force est transmise à son Église qui perpétue son message et donne sa grâce.

Toucher par le cœur : la prière et l’adoration nous mettent en présence du Christ. Il est là au milieu des croyants comme il l’a promis. Il transforme nos cœurs pour les purifier et les relier. Il nous amène vers le Père par l’Esprit. Cette transformation est une transfiguration car elle prépare à la Rencontre. Transfigurer nos cœurs pour les rendre aptes, en y décelant toute impureté et en y extrayant tout égoïsme. Ce cœur est à l’école de l’amour car en Dieu il n’y a que de l’amour. Ouvrir son cœur au Ressuscité c’est ainsi s’ouvrir à la Trinité Sainte. Et comme la Trinité est communion d’amour, seul l’amour y est admis. La vie spirituelle en est la préparation. L’adoration purifie nos yeux. La prière purifie nos cœurs. L’Esprit Saint purifie nos corps.

Toucher par les sacrements : les 7 signes laissés par le Christ sont à notre niveau humain. Sept moments par lesquels la grâce se transmet. Certains donnés une seule fois (baptême, confirmation, ordination), d’autres possiblement réitérés pour notre sanctification (Eucharistie, réconciliation, onction des malades, mariage). Voici des moments particuliers dans lesquels Jésus nous touche et nous guérit, nous pardonne, nous donne la vie, nous accompagne… Voici des moments de grâce par lesquels le Ciel s’ouvre et se laisse voir. Signes physiques et très concrets qui sont chemins vers l’invisible. Signes matériels qui donnent la vie nouvelle et spirituelle. Qui a dit qu’il faille séparer matière et esprit ou raison et foi ou même visible et invisible ? Absolument pas ! Tout se tient car l’incarnation a fait se rencontrer les impossibles et la Résurrection a brisé les murs de séparation. Tout est assumé par le Christ pour la gloire du Père dans l’Esprit Saint.

  1. 3. Conclusion : montrer beaucoup d’amour !

Jésus se laisse toucher car il est le chemin vers le Père. Passer par lui est nécessaire car « nul ne va au Père sans passer par moi ». Il est le médiateur. Homme et Dieu, il rejoint les deux mondes qui se retrouvent enfin unis et en communion en lui.

Jésus touche lui-aussi pour laisser passer le pardon, la guérison et la vie. Il est « le chemin, la vérité et la vie ». On ne reçoit la grâce qu’à travers lui. Vrai Fils de Dieu, il sanctifie notre nature humaine pour la modeler peu-à-peu à la volonté divine. Jésus touche nos corps et nos âmes. Seul l’amour procure la vie. Malgré nos limites et notre péché, l’amour nous ouvre le cœur du Christ et ainsi le Cœur du Père pour vivre de la Trinité.

P. Francis

 

This entry was posted in Année C, Français, Père Francis, Temps Ordinaire II. Bookmark the permalink.