MARIE, MERE DE DIEU

« Dieu a envoyé son Fils ; il est né d’une femme »

(Gal 4, 4-7 ; Luc 2, 16-21)

Le début de l’année est propice aux vœux. Nous souhaitons paix et prospérité à tous ceux que nous aimons et nous espérons vraiment que chacun puisse réaliser ses projets et ses rêves. Par convention, on présente ses vœux à d’autres tout en leur souhaitant réussite et joie. Ces échanges de vœux sont traditionnels et nous y ajoutons notre couleur chrétienne en appelant bénédiction et grâce. « Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi… Qu’il t’apporte la paix » (Nombres 6, 22-27). Ce 1er janvier, l’Eglise nous propose la figure lumineuse de la Mère de Jésus, Marie. Elle est certes la Mère du Fils de Dieu mais aussi notre mère, celle qui a cru et qui nous a été donnée par Jésus. Il est bon de commencer l’année sous son regard et de suivre son exemple. Pleine de grâce, elle a donné au monde le Sauveur puis s’est mise à son école pour devenir ‘l’humanité selon le cœur de Dieu’ et ainsi nous être présentée dans toute sa lumière de sauvée et de mère. Il arrive qu’on nous accuse de sentimentalisme ou qu’on ridiculise notre dévotion en la taxant de régression infantile ou de projection imaginaire. Qu’importe ! Nous nous tournons vers celle qui est toute belle et pleine de grâce car Mère de Dieu, Mère de Celui qui nous a sauvés et transfigurés, Mère de ce Jésus reconnu Fils du Très Haut dans la gloire de sa Résurrection. Marie nous emmène vers son Fils, par sa prière, par son exemple de disciple parfaite, par son amour maternel.

  1. 1. Marie ou l’enracinement humain de Jésus.

Le couple Marie/Joseph nous évite la mythologie et l’imaginaire religieux. Il nous invite à penser le Messie comme un homme, venant d’une tradition particulière et bien enraciné dans sa culture. Jésus est de la lignée de David, héritier des promesses d’Israël et de culture juive. Il se situe dans cette histoire biblique qu’il va certes transformer ou plutôt porter à son apogée ou à sa plénitude. Pour cela, il lui faut un enracinement humain. Il lui faut apprendre par son humanité la condition humaine et ainsi entrevoir sa condition divine. N’est-il pas surprenant, disons même merveilleux et époustouflant, que le Fils de Dieu dût reconnaître sa divinité à travers son humanité ? Les chemins humains le portent vers l’accueil de sa vérité intérieure. Homme, il est Dieu ! Dieu incarné dans ce tissu humain, il va transfigurer l’humain pour en faire le porteur de la lumière divine. Marie et Joseph l’ont, pour ainsi dire, aidé à faire le pas.

Marie, fille d’Israël : Marie s’inscrit dans une histoire et une tradition. Elle est porteuse des espérances de son peuple et sait méditer les Ecritures comme les événements. Elle a pu accepter ‘l’intrusion’ de cet enfant dans sa vie parce qu’elle était toute ouverte à la nouveauté de Dieu et qu’elle savait les ‘impossibles divins’. Dieu n’avait-il pas pris toutes sortes de voies pour arriver à ses fins ? N’a-t-il pas bousculé la nature et ses lois à bien des reprises pour faire éclater sa Volonté ? Marie était disponible à toute Œuvre de Dieu. Elle le savait, le vivait et l’a vécu. Vraie fille d’Israël, elle était tout enfouie en Dieu.

Marie, la croyante : Marie s’inscrit dans la grande prière de son peuple. Son peuple est celui de l’Alliance, à la suite d’Abraham, de Moïse et des prophètes. Elle croit comme ses pères. Elle accueille comme les petits de la Bible. Elle attend, comme tous les croyants, l’intervention de Dieu, généralement dans l’ordinaire et parfois dans l’extraordinaire. Ce qui va lui arriver, c’est l’extraordinaire dans son quotidien. Bousculée, elle agit en liberté dans la nouveauté divine. Cet enfant est l’Enfant de la promesse et même plus, le Fils de Dieu. Quelle foi profonde pour ‘admettre’ cela alors que tout lui semble contraire et que même la possibilité d’une incarnation était improbable dans son esprit ! Vraie croyante, elle laisse faire la grâce divine.

Marie, le disciple : Marie s’inscrit dans la recherche de son peuple. Ce peuple modelé et choyé pendant des siècles pour préparer la venue du Messie, expression de la volonté divine pour le monde. Marie se met à l’école de son fils et découvrira la profondeur de l’amour qu’elle avait sentie et vécue. Jésus lui apprend par sa vie, sa mort et surtout sa Résurrection la Volonté divine de faire de nous des fils et filles. Quelle humilité d’apprendre à connaître Dieu par son fils et à se reconnaître fille dans la foi du Fils. Vraie disciple, elle se laisse modeler pour ensuite nous enseigner à aimer.

Si le Fils de Dieu a reçu de Marie sa stature humaine, il a reçu de Joseph le modèle paternel. Jésus apprend à être un homme par une éducation particulière. Jésus se reconnaît Dieu à travers son humanité et dans la communion réelle et profonde avec son Père dans l’Esprit. Oui, il est le Fils !

  1. 2. Marie, sa maternité divine.

Marie n’est pas une déesse, ni un éclat de la divinité tombé du Ciel. Elle ne se substitue pas aux déesses mères ou vierges de l’antiquité (Artémis, Athéna, Isis…). Elle n’appartient pas à la mythologie ou à la projection. Elle n‘a pas été ‘divinisée’ par la dévotion populaire ou la tradition chrétienne. Elle est bien de chez nous et inscrite dans notre réalité. On l’aime parce qu’elle est comme nous et qu’elle a su dire ‘oui’ au Seigneur au moment voulu pour laisser éclater le divin dans notre monde.

Marie, mère du Fils de Dieu : Marie ne reçoit son titre de Mère de Dieu qu’en fonction de Jésus le Christ. Reconnaître sa maternité divine, c’est reconnaître et professer la foi chrétienne : Jésus le Christ est le Fils de Dieu, mort et ressuscité et donnant accès à Dieu le Père par la force de l’Esprit Saint. Sans son Fils, Marie est une femme de notre histoire dans la seule beauté de sa vie quotidienne. Par son Fils, Marie est la femme de notre histoire dans la beauté de la vie transfigurée et consacrée. Ses privilèges (Immaculée Conception, maternité divine, virginité, sainteté, Assomption…) sont un don pour notre Eglise et notre monde. Ils resplendissent comme le soleil pour la plus grande gloire de Dieu et notre bonheur.

Marie, notre mère : Marie nous a été donnée comme mère par Jésus en Croix. Jean l’Apôtre l’a prise chez lui et désormais, tout disciple peut la prendre chez lui et se mettre à son école de prière, de contemplation et de bonté. « Elle conservait tout cela dans son cœur » dit St Luc (2). Elle nous le transmet pour que nos cœurs éclairent le monde de la joie et de l’amour de la Trinité, manifestée aux yeux de tous à Bethléem et à Jérusalem. Sa maternité déborde d’amour pour nous.

  1. 3. Conclusion : l’amour qui relie Ciel et Terre.

On n’a pas à craindre de prendre chez nous Marie : elle est la Mère de Jésus, Fils de Dieu. Ce Jésus est le Sauveur et s’est révélé Fils du Très Haut. Marie est Mère de Dieu. L’aimer, c’est aimer le Fils et ainsi avoir accès au Père dans l’Esprit saint. Elle s’efface devant la Trinité, Beauté suprême.

On a tout avantage à approfondir sa relation avec Marie. Elle n’est pas le chemin mais désigne le seul Chemin vers la Trinité : Jésus le Christ. Son amour maternel nous relie au Ciel. Elle aime, c’est tout !

BONNE ANNEE.

P. Francis

 

This entry was posted in Année A, Français, Père Francis, Saison de Noël. Bookmark the permalink.