PAQUES 6 A

« Si vous m’aimez… »

(Jean 14, 15-21)

Le Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Ce temps pascal est une grâce et une bénédiction. Il nous incite à percevoir toute la profondeur de notre foi et toute la pertinence de notre action, dans l’amour du Christ et de son Père par l’Esprit. Il est important de se rendre compte que notre foi est plus relation que pratique religieuse, plus amour que rites. Nous sommes emportés par le Christ dans cette relation éternelle qui préside la communion trinitaire. La lumière reçue à Pâques nous donne accès à cette relation et du coup, nous illumine sur le sens profond de la mission du Christ et de sa relation au Père. Par elle, nous reconnaissons la volonté suprême du Père de faire de nous ses enfants, à la suite du Fils, dans l’Esprit. Si l’amour est l’identité de Dieu, l’amour doit conduire notre foi et notre pratique. Nous ne serons les ‘enfants de lumière’ qu’à la condition d’aimer de cet amour qui vient de Dieu et dans lequel nous nous mouvons depuis la  nuit de la Création jusqu’à la nuit de la Résurrection, et ce jusqu’à la nuit lumineuse de la communion éternelle en la Trinité.  Jésus en avait parlé avec ses disciples. Il leur promet l’Esprit Saint pour comprendre cet amour et en vivre désormais, signe de l’amour divin dans notre quotidien.

  1. 1. Relations nouvelles dans l’amour

Il est étonnant, surtout dans l’Evangile de Jean, de constater cette insistance sur l’amour. Ne pourrions-nous pas nous contenter de croire et de pratique des rites religieux ? Ne suffit-il pas de suivre Jésus et d’en faire notre référence ? Il semble que cela ne soit pas suffisant. La foi chrétienne se caractérise par la relation nouvelle inaugurée à Pâques, entre Dieu et l’humanité, tout en emportant la création entière dans ce mouvement. Croire est le premier pas, s’unir au Christ vient ensuite. Devenir comme lui est une condition, vivre en fils/fille de Dieu est un aboutissement. Mais cela n’est possible que dans l’amour. Sans amour, notre foi reste une ‘religion’. Dans l’amour, notre foi est une relation filiale par le Fils dans l’Esprit.  Seul  l’amour ouvre les portes du Royaume, autrement dit, le Cœur de la Trinité !

Aimer le Christ donne l’Esprit : Jésus insiste qu’il nous donnera l’Esprit par sa prière. Cet Esprit est une condition pour recevoir toute la nouveauté en Christ. Sans lui, rien n’est compréhensible. Encore faut-il s’ouvrir à sa présence bienfaisante qui est présence vivifiante et sanctifiante. L’Esprit est ‘en nous’ et nous ouvre l’esprit et la raison pour comprendre et pour aimer

Aimer le Christ donne la connaissance : Jésus insiste souvent sur la connaissance du Père ou de l’Esprit en lui. « Vous connaissez le Père », « vous le (l’Esprit) connaissez » ! Est-ce à dire qu’il est le passage obligé pour connaître et donc aimer ? Le Christ est bien « le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14, 1-12) car sans lui, notre connaissance est imparfaite ou limitée. Par lui, le mystère divin s’éclaire et nous emporte. Même si nous ne sommes pas capables de tout absorber, nous sommes capables d’accueillir la vérité dans l’amour et de nous laisser modeler.

Aimer le Christ donne accès au Père : Jésus insiste sur la paternité de Dieu. C’est peut-être l’originalité de son enseignement. Dieu est Père, Notre Père, celui qui aime et qui partage sa vie et donc sa grâce et sa divinité. Le Christ est « dans le Père », nous sommes « en lui et lui en nous ». Notre unité au Christ dans l’amour est une condition d’accès au Père. S’il est le Fils et si nous sommes vraiment les membres de son Corps Mystique, nous sommes les fils/filles du Père par l’Esprit qui unit le Père et le Fils. Il n’y a pas d’autre voie pour connaître et avoir accès au Père.

Aimer le Christ permet l’inhabitation de la Trinité en nous : Jésus insiste sur sa présence dans les croyants. Sa présence suscite l’amour du Père qui voit désormais en nous ses fils/filles de la même façon qu’il aime et reconnaît son Fils. C’est une source de joie et de paix que d’être aimés et que de savoir la présence en nous du Père et du Fils dans l’Esprit. Dieu vient donc faire en nous sa demeure et y demeure par sa grâce. Quelle richesse spirituelle que cette présence ! Que le cœur-à-cœur amoureux devient paisible et facile ! Que notre vie est bénie et régénérée ! Qu’on est loin des rites religieux sans cœur ni âme qui nous enferment dans l’habitude et la monotonie !  Ô mystère des mystères, voici que la créature devient fils par la grâce pascale !

  1. 2. L’Esprit de vérité : amour du Père et du Fils

On comprend dès lors l’importance de l’Esprit Saint dans la vie chrétienne. Il est à l’origine du monde, de la prophétie, de l’Alliance, de la réconciliation… Il est à l’origine de l’Incarnation, de la force de Jésus, de la glorification du Christ en croix et de la Résurrection du Fils… Il est à l’origine de la naissance de l’Eglise, de l’unité des croyants, de la vigueur de la foi, de la force des martyrs et de l’amour fraternel… Il est l’amour qui unit la Trinité et l’amour qui lie l’Eglise !

Défenseur : c’est lui qui est notre avocat et notre conseiller. Son rôle est celui de parler au nom du Christ et de vivre en nous pour y faire la place de Dieu. Il noud défend contre les attaques de l’ennemi et dans le choc de la persécution. Il est notre force et l’hôte intérieur qui pacifie et apaise.

Vérité : c’est lui qui est notre enseignant et notre lumière. Il vient éclairer notre raison pour l’unir à la Raison divine. Il éclaire notre conscience pour l’unir à la liberté divine. Il éclaire notre cœur pour l’unir à l’amour divin. « Il vous dira tout ! ». Sa présence dans l’Eglise est essentiel car il l’enseigne et l’amène  à connaître la profondeur du mystère. Ne nous étonnons donc pas qu’il y est une ‘évolution des dogmes’ et une précision de la doctrine chrétienne au cours des siècles ! S’il a inspiré le Livre Saint, il inspire la Tradition et provoque la nouveauté.

Amour : c’est lui finalement l’union du Père et du Fils. L’élan éternel qui pousse le Père vers le Fils et le Fils vers le Père d’épanouit dans l’amour et cet amour est l’Esprit saint. Personne Divine, il est spiré par l’amour du Père et du Fils, dans l’Eternité ! Comprend-on mieux la force de l‘amour en nous par création et par grâce ? Comprend-on mieux la puissance de l’amour dans la vie de l’Eglise ?

  1. 3. Conclusion : au cœur de l’amour !

Aimer le Christ est source de joie et de paix car il est ressuscité et il vit en nous ! Rien que pour lui, l’amour vaut la peine !

Aimer le Christ nous unit à lui et nous entraîne dans une aventure spirituelle sans commune mesure : la rencontre du Père par l’Esprit. L’amour ici s’épanouit en relation filiale !

Aimer le Christ nous introduit dans les relations éternelles entre le Père et le Fils, par l’Esprit qui est l’amour spiré en la Trinité. L’amour est donc communion trinitaire, à vivre dès maintenant.

P, Francis

 

This entry was posted in Année A, Français, Père Francis, Saison de Pâques. Bookmark the permalink.