PAQUES 7 A

« Je trouve ma gloire en eux »

(Jean 17, 1-11)

Le Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Il resplendit de la lumière divine et d’une glorification retrouvée. Pour accéder au Père, on doit désormais passer par le Fils, crucifié et ressuscité. La croix est son trône royal sur lequel brille la volonté du Père à travers la volonté aimante du Fils. Le tombeau vide est le signe de la volonté du Père de reconnaître et de faire connaître son Fils comme objet de son amour éternel. Le matin serein de Pâques est la révélation de tout l’amour d’un Dieu qui se montre comme communion dans la Trinité des Personnes et l’unité de sa nature. Pour nous, désormais, le visage du Christ reflète le visage du Père et irradie l’Esprit Saint pour une communion véritable dans l’être et dans l’existence. Jésus de Nazareth reste celui qui a ‘réussi’ l’unité de l’humain et du divin, en lui d’abord par l’Incarnation et pour nous ensuite par sa mort et Résurrection. On n’a accès au mystère divin qu’à travers son humanité transfigurée et accès au cœur de Dieu qu’à travers sa divinité partagée. C’est pourquoi, le Christ est la voie vers le Ciel, qui n’est autre que la communion trinitaire. Sa ‘prière sacerdotale’ (Jean 17) en est la plus belle expression.

  1. 1. Pâques : glorification du Fils !

Comment connaître Dieu ? Comment reconnaître l’Envoyé ? Comment vivre notre quotidien dans les meilleures conditions ? Tant de philosophies et de traditions religieuses ou spirituelles tentent de répondre à ces questions vitales et existentielles. Sans mépriser qui que ce soit, nous pouvons affirmer avec fierté et conviction que le Christ est notre voie d’accès aux secrets de Dieu et notre réponse définitive. Il ne s’agit pas d’abord de discours ou de beaux sermons, il s’agit d’œuvres et d’agir qui accompagnent une parole efficace et percutante. Ainsi, le Christ est l’œuvre de Dieu et sa Parole vivante. Il a fait et il a dit. Il fait et il dit. Parole efficace qui fait ce qu’elle dit. Action efficace qui réalise ce qui est dit. Chaque geste posé est une Parole divine. La Parole divine se réalise en œuvre de salut. L’œuvre du Christ est glorification du Père dans l’Esprit.

Gloire du Christ crucifié : à la lumière de Pâques, on peut regarder le Crucifié sans crainte et y communier. Alors que la croix est un instrument de mort, elle devient œuvre de vie par l’amour du Père. Alors que le Christ agonise et meurt, la croix devient son trône de grâce. Difficile à imaginer ou à admettre mais vérité qui nous fait arborer la croix avec fierté et révérence.

Gloire du Christ Fils de Dieu : à la lumière de Pâques, on peut regarder le Christ comme le Fils Unique et y communier. Alors qu’il est homme et qu’il l’a montré par sa vie simple et sereine, il est révélé Dieu par sa reconnaissance par le Père et sa glorification. Le Christ retrouve la gloire qu’il avait auprès du Père avant le commencement du monde. Difficile à imaginer ou à admettre mais vérité qui nous fait adorer le Christ comme Dieu avec fierté et foi dans l’amour.

Gloire du Christ uni au Père dans l’Esprit : à la lumière de Pâques, on peut regarder le Fils comme l’égal du Père et y communier. Si certains parlent de ‘trois dieux’ ou ‘association douteuse’ ou même de mythologie, on est loin de la réalité chrétienne qui parle d’unité de nature dans l’amour et de communion des Personnes Eternelles. Difficile à imaginer ou à admettre mais vérité qui nous faire entrer dans une relation d’amour et participer à la communion trinitaire où le paradis se trouve.

Cette prière du Christ est efficace et nous introduit à la présence du Père dans l’Esprit. Pour parler de réalité spirituelle ou éternelle, on doit bien prendre des mots à nous entachés de temporalité et de limites, des mots qui ne diront jamais, sinon par analogie, la plénitude du mystère exprimé. La vie spirituelle ou mystique nous rapproche de la vie divine et nous plonge dans le mystère vertigineux de l’amour trinitaire. « Pour qu’ils soient un comme nous-même » dit Jésus !

  1. 2. Pâques : connaissance du Père dans l’Esprit

La mission de Jésus, « son œuvre » dirait l’Apôtre Jean, c’est de nous révéler son Père. Il aura fallu du temps pour y arriver et bien des épreuves pour y accéder. L’histoire biblique est une longue révélation progressive qui aboutit à la parole du Christ. La pédagogie divine aura pris son temps et, par des paroles et gestes, aura préparé au ‘choc’ de l’Incarnation mais aussi de la mort et Résurrection de l’Envoyé. Le choc est d’autant plus grand que l’Envoyé se révèle le Fils de Dieu, c’est-à-dire Dieu lui-même qui est venu à nous pour nous mener à lui. ‘Impossible’ diront certains. ‘Dieu peut-il se compromettre à ce point’ diront d’autres. ‘Merveilleux’ répondons-nous, encore sous le choc et l’exaltation du matin de Pâques ! Toute la beauté de Dieu se dit ce matin-là, toute la profondeur de l’amour se répand, toute la joie se communique.

La vie éternelle, c’est connaître le Père et son Envoyé : la connaissance nous donne accès à Dieu par le Christ. Reconnaître le Père et Jésus le Fils  est la voie du bonheur, maintenant et dans l’éternité. Le Logos, Parole Divine Eternelle, se communique et nous purifie. Le salut nous a donné pardon et grâce et donc possibilité de communion par notre humanité transfigurée dans le Ressuscité. Ainsi, nous partageons la gloire du Christ en étant son Corps.

La vie éternelle c’est communier dans l’amour de l’Esprit Saint : l’amour nous donne accès à Dieu par le Christ. Aimer le Père et son Envoyé est la voie des béatitudes, maintenant et dans l’éternité. Sagesse Divine et expression de l’être de Dieu, le Christ nous aime et nous l’aimons. Ainsi le Père nous aime et nous donne son Esprit d’amour. Il fait sa demeure en nous et nous sanctifie. Il sanctifie notre personne dans toutes ses composantes corporelles  et spirituelles, rationnelles et affectives. L’inhabitation du Père, uni au Fils et à l’Esprit, est inhabitation de la Trinité, Dieu d’amour et de communion. La glorification du Christ est notre glorification. Il la réalise par son Incarnation, sa Résurrection-Ascension et la Pentecôte : c’est là son ŒUVRE !

  1. 3. Conclusion : unis dans la prière commune.

Jésus prie pour nous : nous sommes à Dieu et Dieu nous a confiés à lui. Il nous retourne à son Père pour que notre glorification soit totale et pleine en lui, le Fils.

Jésus prie pour nous : il nous donne d’être fidèles à notre vocation filiale en lui et nous donne son Esprit pour la réaliser.

Jésus prie pour nous : il nous unit à sa relation d’amour avec son Père, ce qui nous fait passer, nous-aussi, par sa souffrance purificatrice, sa mort salvifique et sa Résurrection glorieuse.

Jésus prie pour la communauté des fils/filles : il nous offre l’unité dans l’amour et la fidélité. La prière commune en Eglise, avec « Marie sa mère » (Actes 1, 14), est la plus belle forme de communion entre nous et en lui, à la gloire de Dieu le Père dans l’Esprit.

P. Francis

 

This entry was posted in Année A, Français, Père Francis, Saison de Pâques. Bookmark the permalink.