PENTECOTE A

« Il répandit sur eux son souffle »

(Jean 20, 19-23) )

Le Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Nous accueillons cette bonne nouvelle comme  une promesse, une grâce et une joie. Nous recevons la vie par le Christ, sa fraicheur et sa beauté. Nous contemplons l’amour qui se déverse dans nos cœurs en attente. Nous communions à la vie filiale qui nous a été obtenue.  Le Christ nous a sauvés par sa croix et nous a acquis le pardon. Il nous a donné la filiation divine et nous a  communiqué cette grâce inespérée. Il nous donne les moyens de vivre en « fils de la lumière » en soufflant l’Esprit Saint sur nous. Si nous participons de la vie divine en Jésus-Christ, nous nous mouvons dans l’Esprit du Père et du Fils. L’Esprit est le Souffle de Dieu qui réchauffe et réconcilie, anime et encourage, unit et nous jette dans les bras de la Trinité. Il est l’amour du Père et du Fils, don éternel de leur communion et joie éternelle des fils/filles appelés à la vie. Accueillons-le avec toute la foi des disciples, avec tout l’amour des fils et filles, toute la conviction des élus.

  1. 1. L’Esprit de Dieu.

L’Ecriture est pleine de sa présence. On le voit agir et corriger, orienter et encourager. L’Esprit est à l’origine de tout et se rappelle constamment à la mémoire et à la foi du peuple de Dieu. Sous différentes formes symboliques ou différentes appellations bibliques, on le retrouve aux grandes étapes de l’Histoire Sainte : créateur, libération, révélation, adoration, royauté et prophétie et aussi Incarnation, consécration et baptême de Jésus, vie publique et enseignement, passion, mort et Résurrection, Pentecôte… On ne peut l’éviter. On se doit de le suivre et de s’ouvrir à son œuvre. Il EST, tout simplement, puisque il est Dieu. Sa trace se maintient et nous mène vers le Père, par le Loi et l’Alliance d’abord (Ancien Testament) par le Fils et la Nouvelle Alliance ensuite (Nouveau Testament).

L’Esprit éternel : il n’est pas un ange ou un être créé. Il est de Dieu. Il est Dieu. Il ne s’agit pas d’une idée ou d’une ombre multiforme. Il s’agit de Dieu lui-même qui agit et se fait connaître. L’Esprit ouvre le cœur de Dieu et révèle les mystères divins.

L’Esprit créateur : Dieu est créateur par son Esprit. Le Souffle Divin organise, harmonise, donne vie et âme. Le ‘tohu-bohu’ originel laisse place à l’harmonie, l’altérité et l’avenir. S’il crée l’univers, il crée aussi l’humanité, « homme et femme » dans la différence respectée et complémentaire. Il unit la personne humaine dans toutes ses dimensions physiques, spirituelles, rationnelles et psychoaffectives.  Il soude le couple (une seule chair) et la communauté (un seul Corps). Il tend à unifier tous les peuples en marche vers Dieu. La Création est aimée de Dieu. Rien de ce qui sort des mains de Dieu est impur ou repoussant. Dieu ne méprise pas ce qu’il a créé en liberté et par amour.

L’Esprit du Père et du Fils : Dieu est Trinité. Révélation évangélique et néotestamentaire qui résulte de la Résurrection du Christ et l’affirmation de sa divinité. L’Esprit de Dieu, perçu comme présence de Dieu dans la vie du peuple, se découvre vraiment Dieu dans la vie du Christ et son œuvre de Rédemption et Glorification. Il s’invite à la fête pascale comme agent principal et comme révélateur incontournable. Le Père et le Fils ne font qu’un dans l’amour. L’Esprit est leur unité et leur amour. Il est généré éternellement dans l’élan d’amour du Père et du Fils. L’Esprit est au cœur de la Trinité.

L’Esprit est une Personne Divine : on ne parle pas d’énergie ou de force supérieure ou d’avatar. On parle de personne avec toute la profondeur de ce terme. La personne est unique et irremplaçable, originale et individuelle. Elle a sa propre existence et produit la vie de façon autonome. L’Esprit n’est pas une simple énergie venant de Dieu. Il est Dieu, Personne originale au sein de la Trinité. S’il nous semble difficile de comprendre ou tout au moins de saisir quel que peu la Trinité, il est certain que l’Esprit nous aide à  intégrer la révélation trinitaire. Il dit la Trinité puisqu’il est de la Trinité, Dieu unique dans l’amour. Laissons-nous informer et former à cette connaissance merveilleuse qui est aussi participation étonnante et extraordinaire au mystère divin. Puisque Personne Divine, l’Esprit nous parle, nous susurre la vérité et nous murmure des mots l’amour !

  1. 2. L’Esprit dans l’Eglise.

L’Esprit de Dieu se fait voir dans l’action de Dieu. Il nous pousse dans nos retranchements et nous dévoile le mystère divin. Il invite à participer aux joies éternelles par une vie cohérente et harmonieuse. On n’est pas des saints même si on y tend. On peut cependant entreprendre la démarche et nous acheminer vers la sainteté puisque notre sanctification est certaine ! L’Esprit nous y aide par sa force de vie et son souffle énergisant.  Vie spirituelle qui s’ouvre à l’amour trinitaire. Vie communautaire qui s’ouvre à la communion dans une fraternité prenant appui sur la communion trinitaire. Notre modèle en tout est bien la Sainte Trinité, vécue et adorée en Eglise.

Eglise pneumatique : l’Esprit anime l’Eglise et la tient unie. Il pacifie les cœurs. Les différences acceptées dans l’Eglise n’empêchent pas l’unité. Elles en sont même la condition. Comme les Personnes Divines sont différentes l’Une de l’Autre mais sont unies dans l’amour, ainsi l’Eglise doit vivre sa diversité et ses différences. Le ‘Pneuma tou Theou (Esprit de Dieu, Mt 3, 16) en est le garant.

Eglise charismatique : l’Esprit anime l’Eglise et lui donne ses dons. Il partage les richesses humanes et divines entre les membres de la communauté. Les dons de Dieu sont pour tous et servent à édifier l’Eglise. Un don accaparé ou retenue est un don perdu qui peu-à-peu perd de sa consistance et de sa valeur. Les ‘charisma tou Theou (dons de Dieu, 1 Co 12)’ sont pour le bien commun et assure ou anticipe notre participation à la vie trinitaire.

Eglise communion : l’Esprit anime l’Eglise et lui donne son identité. Il relativise les structures pour vitaliser la communion et la vie. Il nous donne l’amour comme source de vie et comme goût de l’éternité dans l’amour éternel en Dieu. Une Eglise uniquement institution perd sa force et son âme. L’institution soutient la communion. La communion n’est possible qu’aidée de l’institution. Si l’institution change au cours des siècles, la communion se maintient car elle est centrée en Dieu. ‘L’Ekklesia tou Theou (Eglise de Dieu, 1 Co 1, 2)’ est notre chance pour accéder à Dieu et nous plonger dès maintenant dans la Trinité Sainte.

  1. 3. Conclusion : l’Esprit d’amour en nous.

La Pentecôte nous rappelle l’unité de l’œuvre du Christ et sa forme trinitaire. Le Fils se donne selon la volonté du Père et ressuscite par la force de l’Esprit. Cet Esprit, Personne Divine, est la force de l’Eglise pascale.

La Pentecôte nous rappelle que l’Eglise vit de l’Esprit et qu’elle est Sacrement du Christ pour tous. Elle montre le chemin car l’Esprit du Père et du Fils la rend amoureuse de l’humanité transfigurée en Dieu.

P. Francis

 

This entry was posted in Année A, Français, Père Francis, Saison de Pâques. Bookmark the permalink.