BAPTEME DU SEIGNEUR B

« Une voix se fit entendre »

(Marc 1, 7-11)

On parle souvent, dans l’Ecriture, de manifestation ou d’épiphanie. Dieu s’adresse à son Peuple de façon diverse et variée, voulant ainsi montrer sa présence et sa providence. A Noël, il a donné son Fils selon les promesses et à l’Epiphanie, il a donné son Fils aux nations. Tous sont convoqués à la crèche pour reconnaître celui qui sera ‘Dieu-avec-nous’, « Dieu fort », Paix véritable et Lumière du monde. Nous recevons tout cela avec joie et nous pénétrons peu-à-peu le mystère de Jésus et le mystère de Dieu, révélé Trinité. Il  y a eu bien des allusions et des indications. Dieu nous préparait pour la révélation la plus belle et la plus grande, celle qui étonne et émerveille, celle qui nous enthousiasme et nous illumine, celle qui exige foi et simplicité dans l’amour : Dieu amour est Trinité ! Tout au long de sa vie, Jésus va tenter d’illustrer cela, de l’expliquer, de la démontrer mais non par des théories qui auraient été incompréhensibles mais par sa vie et sa relation particulière avec Dieu qu’il appelle « Mon Père » et par le don de l’Esprit. Sa mort sera sa glorification comme Fils. Sa Résurrection sera la proclamation claire et définitive de sa filiation divine et de la communion trinitaire. A son baptême par Jean au Jourdain, tout est annoncé et préfiguré. Les temps nouveaux sont inaugurés.

  1. 1. Révélation de la mission de Jésus.

Marie avait accueilli le Verbe en son sein. Joseph avait accepté le Messie en cet enfant. Les bergers, grâce aux anges, avaient reconnu le Sauveur. Les Mages, grâce à l’étoile, avaient reconnu la Lumière. Tous avaient été guidés par un intermédiaire, céleste, humain ou cosmique. Tous avaient eu besoin de temps pour comprendre et accepter. Voici que le jour du baptême par Jean, Dieu intervient lui-même. Il ouvre le Ciel et parle. Il se fait entendre et comprendre. Il révèle l’identité de Jésus, son Fils. On ne peut être plus clair : quand dans la Bible, Dieu parle directement, le message est de haute importance et significatif. Il y a urgence. Il y a grâce. Ici, Jésus est connu et reconnu. Il est investi de sa mission et sera l’icône de l’invisible, le plus clair reflet de l’Être de Dieu, l’expression définitive de son amour. Jésus le Christ est le Fils, bien-aimé du Père et joie de l’humanité dans l’Esprit.

Sauver les hommes : Jésus n’avait pas besoin du baptême de conversion proposé par le Baptiste. Il s’y soumet par pure solidarité avec le monde pécheur et déchu. Il prend sur lui le mal et le péché du monde et se fait proche de nous. Proche par son Incarnation mais libre de tout péché ou refus de Dieu, le baptême le met en contact avec notre réalité pécheresse et nos limites non dépassées. Jésus prend le péché et le prendra sur la Croix pour le vaincre définitivement. Nous sommes pardonnés en lui et sauvés en lui. Sa victoire est complète car l‘amour a vaincu le mal. Le baptême dans « l’eau et l’Esprit » nous rend immaculés et amis de Dieu. Nous sommes rétablis dans la pureté originelle et la relation filiale.

Indiquer la route : Jésus n’avait pas besoin du Baptiste mais il le laisse l’indiquer comme « Agneau de Dieu » et donc l’agneau du sacrifice, sacrifice qui rétablit la communion rompue. Jésus a pour mission de montrer la voie qui porte au Père et de donner l’Esprit qui assure force et vigueur sur cette  voie. Sa parole est Parole de Dieu. Ses gestes sont Œuvre de Dieu. Sa vie est Vie Divine. Toute son existence est Porte du Ciel. Sa Croix est son Trône de Gloire. Sa Résurrection/Ascension est sa Glorification. Suivre le Christ, c’est atteindre le Père et vivre de l’Esprit.

Ouvrir à la communion : en sortant de l’eau, « Jésus vit le Ciel s’ouvrir et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe », puis le Voix s’exprime. Le mouvement de montée et de descente  montre bien que Jésus est le lien entre le Ciel et la Terre, l’unique intermédiaire entre Dieu et les hommes, le point de rencontre entre le divin et l’humain. Ce mouvement révèle sa nature divine et  sa nature humaine dans son unique Personne de Fils. Il est Dieu. Il est Homme. En lui, la relation est possible et la communion est accordée. L’esprit filial préside désormais tout lien avec Dieu. Jésus est le Fils, nous sommes des fils/filles en lui, par l’Esprit.

Le baptême de Jésus est une révélation de son identité humano-divine et de sa mission salvifique. Le tout, pour notre bonheur et notre communion trinitaire, par lui et en lui.

  1. 2. Révélation trinitaire.

Cet épisode de la vie de Jésus a des répercussions considérables sur notre perception de Dieu et sur nos relations avec lui. On ne peut plus penser Dieu de la même manière. On ne peut plus s’adresser à lui de la même façon. Dieu se révèle Trinité et notre relation est filiale. La Trinité est notre origine et notre fin, le milieu dans lequel nous nous mouvons et nous aimons, le lieu de notre existence quotidienne et éternelle. Notre vie devrait se dérouler dans cette atmosphère trinitaire car c’est l’amour qui est premier et la vie théologale qui fonde nos existences.

Jésus, Fils de Dieu : « Tu es mon Fils bien-aimé ». Jésus est reconnu, indiqué comme Fils. On ne peut être plus clair. ‘Comment cela est-il possible ?’ La question est laissée à notre raison mais c’est une révélation fondatrice de la foi chrétienne. Nier la divinité du Christ, c’est sortir du christianisme et se targuer de gnoses ou d’hérésies décadentes, c’est refuser le salut et l’accès à Dieu.

Dieu le Père : « en toi j’ai mis tout mon amour ». Dieu se reconnaît Père de Jésus le Fils. La relation ‘paternelle’  est existentielle mais analogique. On ne pourra jamais complètement expliquer ou définir les choses divines mais on s’en rapproche le plus possible par cette affirmation. Nier la paternité de Dieu, c’est nier la possibilité d’une relation filiale et donc rester ‘dans un esprit d’esclave’ et de soumis.

L’Esprit du Père et du Fils : « L’Esprit descendit sur lui ». Dieu est Esprit Saint. Personne unique et particulière dont l’image de la colombe exprime la liberté et la pureté. Amour du Père et du Fils, l’Esprit est le souffle divin qui emporte dans les relations trinitaires les enfants de lumière qui veulent, librement, entrer dans la communion éternelle. Il a fait de nous son Temple pour louer et glorifier la Trinité en tout temps. Nier la Personne de l’Esprit, c’est faire du christianisme une religion ésotérique ou cosmico-mystique sans intérêt.

  1. 3. Conclusion : mes Bien-aimés !

Au baptême par le Baptiste, Dieu révèle son Fils et sa mission. Son identité et sa mission nous concernent car elles nous emportent vers le Père dans l’Esprit.

Au baptême par le Baptiste se préfigure le baptême chrétien. Notre identité est filiale et notre futur est au cœur de la Sainte Trinité, communion éternelle dans l’amour.

P. Francis

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Saison de Noël. Bookmark the permalink.