IMMACULEE CONCEPTION

« Comblée de grâce »

(Eph 1, 3-12 ; Luc 1, 26-38)

 

Cette fête de l’Immaculée Conception a mûri longuement. Il aura fallu des siècles de réflexion et de contemplation pour enfin reconnaître le rôle particulier de Marie dans l’Histoire du salut et sa préparation spéciale à l’événement majeur de sa vie : l’accueil de Celui qui devait se révéler le Fils du Très Haut, Dieu parmi nous, le Bien-Aimé du Père.

Il nous est difficile de comprendre que Marie a bénéficié d’un privilège obtenu par son fils Jésus alors qu’il n’était pas encore né ! Mais ce Jésus, c’est le Christ annoncé, le Fils de Dieu « auprès du Père depuis toute éternité », contemplant la face de Dieu dans l’amour puisqu’il est Dieu. Nous plongeons ainsi dans le mystère même de la Sainte Trinité, Dieu de communion dans l’amour.

En effet, pour accepter l’Immaculée Conception de Marie, il faut admettre que Jésus soit le Fils de Dieu et que sa Résurrection, événement historique mais aussi supra historique, atteint tout homme et toute femme de tout temps et de tout lieu. La Résurrection est cette grâce donnée à tous de participer de la vie divine en devenant fils et filles de Dieu dans l’amour. La vie filiale s’écoule alors dans nos veines et dans nos cœurs. L’amour devient la première référence puisqu’il est l’être même de Dieu. La grâce nous purifie et nous transforme pour devenir ce que nous sommes vraiment, pour élever notre nature humaine à la nature divine, pour nous introduire dans la communion trinitaire.

Ce que nous avons obtenu par notre conversion et à notre baptême, Marie l’a obtenu à sa conception. Ce privilège est un signe d’amour du Père envers celle qui portera au monde son Fils et qui l’éduquera dans la tradition biblique et dans la foi inconditionnelle au Dieu d’Israël. Marie a fait de Jésus un homme mais un homme qui découvrira sa mission et son identité dans l’Esprit Saint, un homme selon le cœur de Dieu et selon sa volonté, un homme ouvert à l’absolu et à l’amour. Jésus, fils de Marie selon la chair, va se découvrir Fils de Dieu dans l’Esprit. Sa filiation divine est une grâce qui atteint sa mère et la touche dans sa vie personnelle et par conséquent touche toute l’humanité.

Parler de l’Immaculée Conception, c’est parler de Marie bien sûr, mais aussi de nous et de notre nature humaine. Ce dogme est d’un optimisme enthousiasmant et pousse l’Eglise à approfondir sa connaissance de l’humain et du divin, du rapport entre Dieu et l’humanité, de la volonté divine et de l’amour trinitaire.

Si le péché originel a affecté toute l’humanité, la grâce nous a rendu l’innocence. Si le ‘non d’Adam’ nous a coupés de Dieu (Gn 3), le ‘oui de Jésus’ nous a ouvert les portes du Ciel et le cœur du Père. Nous pouvons ainsi participer de la communion et vivre dans l’amour. Marie l’a vécu par avance et a ouvert le chemin.

Si le péché nous touche, originel par solidarité humaine négative ou actuel par nos choix erronés, il ne fait pas partie de notre nature humaine. Marie en est la preuve. Elle nous encourage ainsi à vivre dans la grâce et concrètement dans l’amour qui est expression de cette grâce. Elle est la rosée de fraicheur dont nous avons besoin pour nous revaloriser et nous reconnaître aimés.

Les privilèges de Marie sont un don pour l’Eglise et une lumière sur notre route. Don car Marie est membre de notre Eglise, communauté des croyants vivant dans la filiation, lumière car elle anticipe ce que nous devons vivre et ce que nous recevrons.

Elle est immaculée et nous le devenons par le baptême, « saints et irréprochables » disait St Paul (Eph 3). Elle est sainte et nous le sommes par l’Esprit d’amour. Elle est montée au Ciel, corps et âme, et nous y sommes invités nous-aussi, corps et âme à la résurrection finale. Elle règne avec son fils et nous-aussi nous règnerons avec le Fils, assis sur le Trône céleste (cf. Apo). Elle est admise dans le sein de la Trinité, mouvement éternel d’amour et c’est là que toute l’humanité est destinée à entrer dans la liberté et le respect des autonomies. Nous ne sommes pas Dieu ni des dieux mais nous sommes les fils et filles de ce Dieu qui nous espère et nous aime au point de nous vouloir avec Lui.

Concrètement, nous devons vivre dans l’optimisme et l’enthousiasme.

Nous sommes des hommes et des femmes devenus fils et filles. La vie filiale anime notre existence. Nous devons vivre dans la liberté des fils et de l’amour trinitaire. N’est-ce pas enthousiasmant de vivre de la communion trinitaire dans le quotidien et d’être ainsi les ‘images’ de Dieu, les icônes de la Trinité, cherchant l’unité dans la diversité, unis dans l’amour?

Nous sommes des frères et sœurs et cela change tout dans nos rapports aux autres et au monde. Ne devons-nous pas chercher à valoriser l’autre, à le rendre heureux, à le respecter, bref à l’aimer ? C’est un défi quotidien mais qui se révèle constructif et profitable. La fraternité nous lie et nous relie.

Nous sommes des amoureux de la vie parce que bénéficiant de la vie de Dieu. Nous avons été vivifiés par l’amour et la Vie nous attend. Cette vie est le signe de la Vie éternelle. Elle sera transformée comme nous avons été transformés par l’Auteur de la vie qui a partagé la nôtre. Ne devons-nous pas défendre la vie car elle est belle et précieuse et se jette dans l’éternité comme un fleuve survit et s’unit à la mer qu’il rejoint ?

Nous sommes les amants de la beauté car nous aimons de cet amour qui nous a sauvés et qui nous anime. La beauté est l’autre visage de Dieu et ce visage illumine le nôtre. C’est pourquoi Marie est belle car elle reflète toute la beauté de l’amour qui sourd de la Trinité. Belle de par sa nature humaine immaculée et sanctifiée, belle de par sa foi lumineuse et limpide, belle de par sa vie de grâce et de générosité, belle de par son quotidien simple et constructif, belle de par son amour qui rejoint l’amour d’en Haut. Elle est belle car elle est la Mère du Bel Amour, Jésus le Christ, Fils de Dieu.

Que son Immaculée Conception nous aide à vivre notre condition d’homme et de femme avec joie et enthousiasme et qu’elle nous apprenne notre identité selon le cœur de Dieu.

Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous

Montrez-nous comment vivre, espérer et aimer

Conduisez-nous à votre Fils

Don de l’Esprit

Joie du Père

 

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Saison de l'Avent. Bookmark the permalink.