EPIPHANIE B

« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? »

(Mat 2, 1-12)

Les fêtes de Noël se poursuivent avec enthousiasme et joie. Dieu s’est révélé à Noël et a manifesté son amour. La Sainte Famille est une image de la Sainte Trinité. Marie, la Mère du Seigneur, est proclamée Mère de Dieu car le Fils est entré dans le monde et a pris chair afin de nous partager sa divinité. Avec l’Épiphanie, c’est le monde entier qui accueille la joie du salut et la vérité. Dieu se manifeste à tous et invite chaque homme à reconnaître son Fils pour recevoir le salut, la Vie éternelle. Les Mages venus d’Orient sont ces sages qui cherchent Dieu à travers la science ou la réflexion. Ils découvrent des signes de la présence divine dans le monde créé mais ils auront besoin de l’étoile de Bethléem pour enfin savoir et croire, pour voir et recevoir. Les présents sont les signes de leur bonne volonté et de leur découverte. L’Enfant Roi est le signe par excellence de l’amour de Dieu pour nous, prêt à donner sa vie, prêt à nous révéler le Père. En cheminant avec les Mages, nous manifestons nous-aussi notre désir de savoir et de croire, de voir de nos yeux le salut et de recevoir la vie éternelle par le Fils dans l’Esprit.

  1. 1. Manifestation à Israël.

Des hommes ont été choisis pour préparer la venue du Messie. Israël a été choisi pour être un signe de la Présence divine dans le monde. De l’élection particulière à la mission universelle, il y a une vocation bien spéciale à assumer : être témoin de l’unicité de Dieu et de son Alliance. Être choisi, c’est être envoyé. Dieu choisit quelqu’un pour l’envoyer proclamer la Bonne Nouvelle. Même si le messager faillit, le message se rend aux destinataires car le salut ne peut attendre. L’Épiphanie est l’assurance que Dieu a répondu aux promesses et que le salut est pour tous.

Dieu manifeste son élection : en choisissant un peuple, Dieu choisit tous les peuples. Son élection est manifestation de son universalité. Comme le tout est présent dans la partie, ainsi le peuple élu est le ferment dans la pâte, le signe de l’élection divine, le témoin d’un amour universel. C’est bien dans l’histoire que les choses se passent et non en théorie ou de façon supra-historique. Il aura fallu passer par un peuple particulier, une histoire mouvementée, des limites historiques et des temps de conflit pour faire resplendir la Lumière, la Vérité et la Beauté de Dieu. L’Épiphanie manifeste cette élection d’Israël, témoin universel de la Bonté divine.

Dieu manifeste son amour : en révélant son amour pour le peuple choisi, Dieu aime tous les peuples. L’amour de Dieu a pu être compris et vécu par des hommes et des femmes particuliers avant de se faire connaître à toute l’humanité. Un amour éternel qui s’est exprimé dans la Création et l’élection mais aussi dans l’Alliance et aujourd’hui dans la naissance du Fils parmi nous. Quel amour plus grand que celui qui grandit peu-à-peu dans le cœur des personnes choisies pour ensuite s’étendre universellement en grâce et en vérité ? Malgré le péché des témoins et les infidélités du peuple élu, l’amour a montré sa grandeur par le pardon et la miséricorde. L’Épiphanie manifeste cet amour pour Israël, témoin universel de l’amour divin.

Dieu manifeste son salut : en se révélant, Dieu sauve. Il est salut pour le peuple choisi et pour tous les peuples. La volonté divine s’exprime à travers un peuple pour s’étendre au monde  entier. L’ancienne Alliance se devait de préparer la Nouvelle Alliance en Christ. Le culte se devait de préparer le culte véritable en « Esprit et vérité ». La Loi mosaïque se devait de préparer la Loi universelle de l’amour, présente dans la Loi naturelle et dans la Loi révélée. Le salut s’étend aux extrémités de la terre car Dieu ne méprise point sa création et encore moins ses créatures créées dans l’amour. Ces créatures sont destinées à devenir ses enfants en Christ par l’Esprit. L’Épiphanie manifeste ce salut attendu par Israël, témoin d’un salut concédé à tous les hommes.

Même si l’épisode de la visite des Mages à Jérusalem nous laisse perplexe quant à la compréhension de la Loi et des promesses divines, il n’en reste pas moins que les Mages ne se trompent pas en visitant Hérode et les scribes. Ceux-ci savent mais se sont enfermés dans leur élection et leur compromis politico-religieux. Les Mages les provoquent en leur faisant sortir leurs Manuscrits. La capitale Jérusalem n’est pas le lieu choisi par Dieu, malgré le Temple, l’Arche d’Alliance et son culte officiel. C’est Bethléem, cité de David, qui est le signe de contradiction et le lieu de la vraie dynastie royale. L’humble Bethléem rivalise avec l’orgueilleuse Jérusalem : c’est dans la logique de Dieu et de sa Volonté de salut pour tous.

  1. 2. Manifestation au monde.

On aura compris que les Mages cherchent la vérité. En suivant l’étoile, il trouve le Messie, « le roi des Juifs ». Ils l’honorent et l’adorent. Le vrai centre du culte n’est plus le Temple mais l’Enfant de Bethléem. Le déplacement est manifeste car si tous ne sont pas admis dans le Temple, tous sont admis à Bethléem. L’étoile « s’arrête au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant ».

Manifestation de l’amour universel : tous invités à adorer ! Voici le culte véritable qui s’étendra au monde entier quand se manifestera la Résurrection glorieuse du Fils, ce même Enfant de Bethléem devenu adulte, offert pour nos péchés afin de gagner par grâce la vie éternelle. Cette éternité est déjà présente à l’Épiphanie quand toute la création (les anges, l’étoile, les astres, la lumière…) et tous les hommes (Marie, Joseph, bergers, Mages…) se joignent dans l’adoration commune du Fils, non plus sur des critères de discrimination ou de pureté légale mais sur le seul critère de l’amour de Dieu.

Manifestation de la Beauté du Fils : tous invités à voir le Fils ! Voici la Beauté de Dieu qui s’étend au monde entier et qui comble notre cœur de croyant. La Beauté se manifestera de façon lumineuse à la Transfiguration mais surtout à la Résurrection glorieuse du Fils quand les ténèbres seront déchirées et que la Vie apparaîtra avec toutes sa grandeur d’éternité et de dynamisme trinitaire. Cette beauté est déjà présente à l’Épiphanie quand, dans l’humble demeure de Bethléem, la Vie resplendit, la Joie du salut transparaît, l’amour se fait chair.

  1. 3. Conclusion : Lumière des nations.

L’Épiphanie proclame l’universalité de l’amour de Dieu : tous à la crèche pour adorer le Fils Unique, vraie Expression du Père et Reflet de sa beauté.

L’Épiphanie annonce la victoire du Fils sur les ténèbres et la mort : il est Lumière véritable qui illumine le monde mais surtout nos vies.

L’Épiphanie manifeste la communion entre les hommes, entre la nature et l’humanité, la solidarité universelle, la vérité révélée, la joie du salut, l’amour pour tous. Une étoile a guidé les Mages, soyons l’étoile qui conduit le monde à la crèche pour adorer le Roi des rois.

Bonne fête, P. Francis

 

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Saison de Noël. Bookmark the permalink.