SACRE CŒUR DE JESUS

« Un des soldats avec sa lance lui perça le côté »

(Jean 19, 31-37)

Le Christ est ressuscité et désormais, présent au Ciel par son Ascension, il nous donne son Esprit Saint pour partager l’amour du Père. Il est présent en Dieu comme le Fils et jouit de l’amour éternel en la Trinité Sainte. Par son incarnation, il a consacré notre chair et par sa Résurrection, il a divinisé notre humanité. Par son Ascension, il a introduit la matière auprès de Dieu. Par l’Esprit, nous vivons de la vie divine dès maintenant et pour l’éternité. On peut logiquement penser qu’un cœur humain a été introduit au sein de la Trinité et qu’il palpite désormais au rythme divin. La fête du Sacré Cœur nous rappelle le grand amour du Christ pour l’humanité comme reflet de l’amour du Père, vécu dans l’Esprit, amour du Père et du Fils. Le Cœur transpercé garde les stigmates de la Passion et les tensions de la croix mais il élève cette souffrance à la Bonté de Dieu et transforme ce drame en drame divin, en lumière glorieuse et en dynamisme nouveau. Entrons dans le mystère de l’amour et laissons-nous aimer par ce Cœur de tendresse dans la beauté d’une vie donnée et reçus. Du Cœur Sacré de Jésus s’échappent les flots de tendresse et de joie, de consolation et de pardon, de communion et d’éternité.

1. Le Cœur ouvert du Fils : demeure trinitaire

Se concentrer sur le Cœur de Jésus, c’est tenter de pénétrer son intimité mais surtout sa relation filiale. Jésus a montré par toute sa vie le grand amour qu’il avait pour l’humanité, la compassion qu’il ressentait pour les pécheurs et les malades, l’attraction qu’il montrait pour les petits et les exclus. Sans exclusion, il a invité constamment les uns et les autres, à la vie de grâce en lui par l’Esprit. Il a rappelé à tous leur importance aux yeux du Père. Il s’est fait tendresse pour ceux qui l’approchaient. Pourquoi donc voulait-on le toucher, lui parler, le questionner ? Pourquoi cette empressement des foules à écouter ses paroles ressenties comme Parole de vie, à accueillir ses gestes prophétiques comme des gestes divins, à suivre ses pas comme Chemin vers le Haut ? Il y a ici un mystère mais un mystère qui nous mène vers son cœur aimant et l’harmonie de sa personne. Jésus le Christ est le Fils de Dieu et la vraie expression de son Être. Le suivre c’est trouver le Père et accueillir l’Esprit d’amour. De fait, il est le vrai Temple et la vraie Loi, il est la Demeure de Dieu parmi les hommes !

Un Cœur qui révèle le Père : « Qui me voit a vu le Père ». Jésus est l’image du Dieu invisible. Cet homme, banal somme toute, a su attirer les foules, non par son aspect extérieur ou sa grandiloquence mais par sa parole vraie et sa vie authentique. Il ne joue pas un rôle, il est lui-même. Il ne manipule pas, il donne liberté. Il ne contraint pas, il propose un chemin de vérité. Jésus reflète la grandeur du Père, la joie de l’Esprit et l’amour du Fils. Quelle merveille que son humanité ait pu ainsi nous rapprocher de Dieu! Quelle surprise que désormais c’est par le cœur humain que Dieu manifeste son amour pour tous! Le Sacré Cœur de Jésus est la plus belle expression du Cœur paternel de Dieu le Père.

Un Cœur qui insuffle l’Esprit : « Je vous enverrai l’Esprit de vérité ». Jésus vit de l’Esprit. Toute sa vie a été sous la mouvance du Souffle de Dieu. Inspiré, consolé, consacré, Jésus est le révélateur de la présence vivifiante et mystérieuse de l’Esprit dans le monde. Il ne se gonfle pas d’orgueil, il accueille humblement. Il ne cherche pas les honneurs, il dévoile la pauvreté salvifique. Il ne s’approprie pas la nouvelle communauté naissante, il lui donne l’Esprit. Jésus le Fils révèle ainsi l’Esprit à l’œuvre. Quelle merveille que l’Esprit du Père et du Fils nous soit donné à chaque instant et nous maintient dans l’existence ! Quelle surprise que nous ne devenons libres qu’à travers l’accueil d’un autre qui propulse dans l’Autre !

Un Cœur comme le Cœur de la Trinité : « baptisez au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ». Jésus a révélé la vérité de Dieu. Le mystère caché depuis toujours et enfin dévoilé par sa croix et Résurrection, le mystère qui s’illumine au matin de Pâques, le mystère de l’amour ! Jésus a tout simplement vécu ce qu’il croyait et prêchait. La Croix est son Trône. Le Ciel est son Royaume. Le cœur de l’humanité est sa place d’élection. Là où il fait sa demeure, là se trouve le Père et l’Esprit. Là où il siège, il emporte les membres croyants de son Corps mystique. Quelle merveille que ce Dieu Un et Trine, uni dans l’amour et différent dans le Communion ! Quelle joie que le Cœur du Christ fasse sourdre les flots de vie trinitaire!

Il est bien regretable de réduire le Sacré Cœur à une dévotion désuète ou à une statue empoussiérée alors qu’Il nous plonge dans le mystère de tendresse de la Trinité !

2. Le Cœur ouvert du Fils : source de l’Eglise.

Une tradition fait naître l’Eglise du coté ouvert du Christ en Croix, une autre à la Pentecôte, une autre encore de la primauté de Pierre. Il est vrai que l’Eglise naît de la volonté du Christ et qu’il en a donné de multiples éléments. De son côté ouvert par la lance, du sang et de l’eau qui en sortent, naissent les sacrements et la vitalité spirituelle de l’Eglise. Nous puisons à cette source sacrée pour vivre et dynamiser nos vies et pour entrer dans cette communion essentielle et filiale proposée. Le Sacré Cœur nous emporte dans son amour du Père et le dynamisme de l’Esprit, en Eglise.

L’Eglise naît dans l’amour trinitaire : outre l’institution si nécessaire à notre organisation temporelle, l’Eglise est d’abord une communion en la Trinité. La Trinité est son modèle et sa Source et cette Source se concrétise, se rend visible dans le Cœur Sacré du Christ. L’Eglise existe de par la volonté du Fils, dans l’unité du Père et par la force de l’Esprit. Elle se doit de refléter en tout sa Source et d’être digne de sa Tête. Nous, l’Eglise, Corps du Christ et Temple de l’Esprit, sommes l’icône de la Trinité!

L’Eglise dispense l’amour trinitaire : outre ses institutions et son engagement concret au service des hommes, l’Eglise est dispensatrice de la grâce et de l’amour. Elle donne ce qu’elle a reçu. Elle parle de ce qu’elle connaît. Elle aime comme elle est aimée. On ne peut la réduire à une institution charitable ou à une ONG indispensable, elle est d’abord l’Epouse du Christ et la Joie du Père, dans l’Esprit qui l’anime et la guide. Et même si parfois elle n’est pas à la hauteur de son identité réelle, elle se repend et repart à la suite du Fils qui la mène vers les pâturages de vie éternelle. Nous, l’Eglise, avec nos pasteurs, Peuple de Dieu de la Nouvelle Alliance, vivons de la Trinité et partageons cette énergie spirituelle trinitaire portant au Ciel!

3. Conclusion : l’amour en abondance

Le Sacré Cœur de Jésus est la porte qui mène au cœur de Dieu et comme Dieu est Trinité, il nous introduit dans l’intimité de la relation éternelle en Dieu !

Le Sacré Cœur de Jésus est la voie qui mène au cœur de l’humanité et comme l’humanité est aimée, il nous introduit dans le dynamisme de l’amour, un amour concret et humain qui élève au divin.

Père Francis

This entry was posted in Année B, Français, Père Francis, Temps Ordinaire II. Bookmark the permalink.