LE CHIRST ROI DE L’UNIVERS

« Celui-ci est le roi des juifs »

(Luc 23, 35-43)

Nous voici arrivés à la fin de l’année liturgique. Nous avons cheminé pendant un an avec l’Évangile de Luc, suivant Jésus de sa naissance à sa mort et célébrant sa Résurrection. Ce fut une longue méditation autour de cet homme qui s’est révélé Fils de Dieu. Loin de la mythologie ou des constructions fantastiques, la vie de Jésus nous a touchés et transformés. C’est bien un homme qui s’est donné pour nous. C’est bien lui qui est ressuscité. C’est bien le Fils qui a parlé du Père et qui nous a donné l’Esprit Saint. Notre foi s’enracine dans cet événement : mort pour nous, il ressuscite pour nous. Monté au Ciel, il nous emporte avec lui et nous assoie sur son trône. Il est le Messie, le vrai roi d’Israël, le Roi de l’univers. L’attente de l’Envoyé et son accueil nous renvoient à cette autre attente, celle du Christ glorieux devant établir son Règne définitivement. Ce Règne est divin et n’a rien à voir avec ces règnes humains éphémères qui ont traversé notre histoire. Ce Règne est amour et n’a rien à voir avec les égoïsmes et les intérêts des uns et des autres. Le Fils règne avec son Père par la puissance de l’Esprit Saint. C’est un règne de communion et de vérité, règne de la Très Sainte Trinité en nos cœurs et dans l’univers.

  1. 1. Le roi crucifié.

Voici un roi bien étrange ! Sa royauté se révèle sur un instrument de torture. La croix est son trône et la manifestation de sa puissance. Étrange roi qui meurt pour son peuple et qui, rejeté, ne rejettera personne ! Étrange puissance qui prend sa force dans la faiblesse ! Jésus exprime ainsi toute la pédagogie du Père et sa puissance d’amour.

Roi incarné : le Fils est d’abord celui qui prend notre chair. La Création par amour prend toute sa vérité et sa compréhension dans cette Incarnation. Elle complète l’œuvre de Dieu en venant de l’intérieur nous préparer à la rencontre. La condition humaine sanctifiée est la gloire de Dieu qui assume désormais notre existence et partage son être. Le Fils est maître de l’humain qu’il assume en lui et qu’il porte au Père. En prenant chair, il prépare l’humain à devenir divin. Il est roi de notre univers visible et matériel.

Roi désarmé : l’Incarnation le porte à la rencontre du bien et du mal, du bon en nous et du péché, du grand et du petit. Nous sommes capables du plus grand comme du plus vil. Le Christ n’a pas peur de ‘se mouiller’, de salir ses mains dans cette existence, de prendre notre condition avec tout ce que cela signifie. Mais pour transformer et sauver, pour éclairer et révéler, pour sanctifier et aimer. Loin de lui la violence et l’arrogance, les coups de force ou les manipulations. Son règne sera liberté et vérité, lumière et justice. C’est l’amour qui préside à sa mission et qui le portera au bout de ses choix. La Passion va nous montrer la force de l’amour et le désarmement total de celui qui règne car son Royaume n’est pas de ce monde même s’il est parmi nous. En cheminant vers la mort, il nous prépare au pardon. Il est roi de notre monde déchu mais sauvé.

Roi donné : la vérité de l’Incarnation va le mener au plus profond de l’être, des limites humaines, de la détresse et de la douleur. Le Christ ne fait pas semblant, il accepte d’être « pressé » comme du raisin, écrasé comme un malfaiteur, maltraité comme un paria. Car le don de soi est total et vrai, le désir de faire la volonté du Père est premier et existentiel, l’amour est  profond et filial. On ne peut sonder les profondeurs du Christ des douleurs mais on peut comprendre sa détresse ontologique et sa souffrance d’être séparé du Père. Le don va être parfait pour nous accorder le pardon qui ouvre la possibilité de la vie nouvelle dans sa Pâque. Il est roi de notre terre.

Roi crucifié : le Christ ouvre ses bras sur la croix. Son accueil est total et universel. Tout homme est reçu par son amour et bénéficiaire de son pardon et de son sacrifice. En mourant, il donne la vie. Sa mort est le signe de notre péché et de nos faiblesses, la preuve de notre perversité et de nos compromis. C’est pourtant par cette mort que naîtra la vie nouvelle et que le Royaume des Cieux va s’ouvrir. La croix est le signe de sa victoire. Il est le roi des enfers et le maître de la vie.

Voici notre Roi : prenant notre humanité, il règne sur notre existence en y insufflant la vie et en la sanctifiant par son Esprit pour la gloire du Père.

  1. 2. Le roi glorieux.

Qui aurait cru que la croix deviendrait le signe de la vie éternelle et de l’amour divin ? Par la Résurrection, elle est devenue le signe de la victoire de l’amour et de la vie. Le Crucifié est le Victorieux car le sacrifice a été accepté par le Père. Le Père a renversé la situation, la tragédie est devenue ‘comédie’ (chant), bonne nouvelle, grâce et éternité. Le rejeté est le glorifié, le condamné est le Fils qui donne vie et grâce.

Roi glorifié : le drame de la croix a éclaté par la force de Dieu. Celui qui meurt est le Fils. Par son obéissance, nous sommes sauvés. La croix devient glorieuse car par elle, l’amour se manifeste, la vie se donne, la lumière est accordée. Dieu accueille son Fils « dans les chants de joie » et la lumière divine. La Résurrection du Fils est notre cri de victoire et la garantie de notre éternité. Par lui, nous entrons au « paradis » (Luc 23, 43), le cœur de la Trinité Sainte.

Roi de l’univers : reconnu Fils de Dieu, Dieu parmi nous, « Premier-né de toute créature, Image du Dieu invisible, tout est par lui et pour lui, tout subsiste en lui » (Col 1, 12-20). Parce que Sauveur, il est Créateur. Parce que Premier, il est Dernier. Parce que Fils, il est Dieu. A l’origine de tout, il réconcilie tout. De lui nous recevons la vie, l’existence et l’être. Alpha et Oméga, le Christ est le Roi de l’univers.

Il aura fallu l’Incarnation, la mort et la Résurrection pour comprendre à quel point Dieu nous aime mais surtout que cet amour est trinitaire. Dieu est communion que nous pouvons partager.

  1. 3. Conclusion : un règne d’amour.

Notre Roi est le Christ, venu parmi nous pour partager notre existence et la transformer.

Notre Roi est le Crucifié, aimant jusqu’au bout et donnant sa vie pour nous.

Notre Roi est le Victorieux, offert au Père et remettant tout au Père dans l’Esprit.

Notre Roi est le Ressuscité, lumineux comme les étoiles et éclatant comme le soleil.

Notre Roi est ce Jésus, vrai Homme et vrai Dieu, au cœur de notre vie et de notre prière, amour du Père et joie de l’Esprit. Le Christ, notre Dieu !

P. Francis

 

This entry was posted in Année C, Français, Père Francis, Temps Ordinaire II, Uncategorized. Bookmark the permalink.